SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Les Lanciers de Peshawar



"Les Lanciers de Peshawar"
de
S.M. Stirling

Editeur :
Fleuve Noir-Rendez-vous Ailleurs
 

"Les Lanciers de Peshawar"
de S.M. Stirling



Les Lanciers de Peshawar
S.M. Stirling
Fleuve noir
Rendez-vous ailleurs
10/10

Fleuve noir poursuit ses publications originales avec ce nouveau cycle pour le moins étonnant, et qui n’est pas sans rappeler dans sa thématique d’histoire décalée, les Uchronies, comme le prodigieux cycle de Keyes, "Les démons du Roi soleil". Si ce dernier introduisait sa distorsion par des faits purement et uniquement historiques, Stirling place son "histoire revisitée" à partir d’un grand basculement climatique suite à la chute en 1878 de comètes sur l’hémisphère nord de la Terre, transformant de fait le vieux continent et l’Amérique du Nord. Ainsi, de la catastrophe naturelle en découlera une modification du continuum historique avec les perversions culturelles traditionnelles dans l’Uchronie qui voisine souvent avec les pires Utopies voir les Dystopies. Raz de marée, vagues de froids, bouleversements climatiques engendreront un retour à la barbarie, au tribal. L’Australie, L’Afrique du sud et les Indes sont envahis par les scientifiques, la noblesse et la grande bourgeoisie d’un Empire Britannique influencé par Disraeli.
Et la Reine Victoria apparaît comme la dame de fer tenant en son point un peuple contre la barbarie naissante. La Russie deviendra une espèce de Babylone adorant un autre Dieu Baal lui sacrifiant des êtres humains et rendant un culte au cannibalisme. En 2025, face à ces deux pôles constitués par cette Angleterre revivifiée par le fond de ses colonies et cette Russie de l’horreur, La France est parvenue à édifier un royaume sur le sol de l’Amérique du Nord. Intrigues, complots, tueries, le monde semble ployer sous la noire engeance d’un mal qui semble issu symboliquement de cette catastrophe écologique. Deux personnage vont devenir les portes drapeaux de la sauvegarde du monde. Athelstane est officier dans la troupe des Lanciers de Peshawar. Cassandra King, quand à elle, est une surdouée en sciences. Ces deux personnages semblent représenter un danger immense pour l’Empire Russe qui formente ni plus ni moins un autre holocauste planétaire. Des énigmes que vont peu à peu lever ces deux héros au fil d’intrigues politiques, de manigances, les tueries se relayant aux batailles dans un monde tiré entre les barbares et quelques réminiscences d’une humanité perdue. Reprenant avec bonheur les récits de Kipling (Trois lanciers du Bengale, Quatre plumes blanches) Stirling y va de sa note personnelle avec cette fresque sauvage et implacable sur les Empires et les dangers qu’ils engrangent dès lors qu’ils sont happés par le mal fondamental des anciens cultes. Politique et magie, conflits et luttes pour la suprématie, c’est sur une succession de couples binaires que Stirling forge sa propre histoire divergente. Il nous montre de fait combien l’histoire se répète malgré les couleurs et les forces en présence, changeantes, mouvantes mais invariantes dans leur charge négative . Entre oeuvre d’historien, traité pour la sauvegarde de l’humanité mourante et épopée fantastique aux confrontations sauvages, Stirling brode une tapisserie moderne et tellement actuelle du monde en morceau outragé par le retour des cultes primaires et assassins. Un récit qui, au-delà de l’intelligence de ses propos, est un bouleversant témoignage sur le barbare qui dort en chaque homme, et pire, au sein chaud de chaque culture. Sombre mais éclairé par des héros plus vrais que nature, Les Lanciers de Peshawar est une fable sur l’horreur de l’instinct grégaire et ses conquêtes, les empires fondés sur des religions ramenées à leurs manifestations originaires primaires. Thèmes furieusement actuels, et malheureusement encore vivaces, que ce soit en leurs manifestations les plus évidentes, ou sous le verni de la supposée civilisation et son "Horreur économique" si prégnante.

Les Lanciers de Peshawar, S.M. Stirling, Fleuve Noir, Collection Rendez-vous ailleurs, couverture d’Eric Scala, traduit de l’Américain par Edith Ochs, 370 pages, 20 €.






Retour au sommaire