SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Bleue comme une orange



"Bleue comme une orange"
de
Norman Spinrad

Editeur :
Flammarion (17 octobre 2001)
 

"Bleue comme une orange"
de Norman Spinrad



++++


La Terre, fin du XXIe siècle. L’effet de serre a provoqué des bouleversements climatiques sans précédent. La Condition Vénus, le réchauffement irrémédiable de l’atmosphère terrestre, et de ce fait, la disparition de toute vie à sa surface, est proche. Par suite de ces bouleversements climatiques, les conditions sur le triple plan géographique, politique et économique ont radicalement changé.


Monique Calhoun est chargée par son entreprise de relations publiques d’assurer le bien-être des participants à une grande conférence de l’ONU organisée pour un plan décidé à enrayer “La Condition Vénus”


La “Grande Bleue” est un cartel composé d’anciennes sociétés capitalistes, qui veut refroidir la planète. Bleue comme la glace, bleue comme les uniformes de l’armée de l’air américaine, bleue comme le logo de la Nasa. La Grande Bleue, c’est une espèce de capitalisme dinosaurien. Le vert symbolise les pays qui bénéficient du réchauffement. En revanche, l’intérieur des États-Unis, la Lybie, l’Afrique du Nord, l’Arabie Saoudite sont devenus inhabitables, avec des températures très élevées.


Dans un Paris tropical, où l’on trouve une végétation luxuriante, des alligators dans la Seine et une température proche de la suffocation, Monique Calhoun aura fort à faire avec ses “adversaires” et notamment avec le Prince Eric Esterhazy, sorte de dandy au pouvoir de séduction certain.


De nombreux personnages plus truculents les uns que les autres, des magouilles politiques que l’on imagine proche de la réalité, du sexe (oui, oui, ça existe aussi dans la SF), un monde où les frontières de l’argent sont plus importantes que les frontières des pays, font de ce roman une réussite et un des meilleurs livres de cet auteur.


Norman Spinrad, Bleue comme une orange, Flammarion, Traduction : Roland C. Wagner, 338 p.


Marc Bailly






Retour au sommaire