SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  G - L -  Glass (Id.)

"Glass (Id.)" de M. Night Shyamalan

 

Réalisateur & scénariste : M. Night Shyamalan
Avec : James McAvoy, Bruce Willis, Samuel L. Jackson, Anya Taylor-Joy,
Distribué par Buena Vista
117 mn - Sortie le 22 Février 2017- Note : 7/10

Entre Jason Blum le producteur (les « Insidious », « American Nightmare », le dernier « Halloween » et tous ces petits films d’épouvante US souvent réussis mais qui parfois – et heureusement plus rarement - sont bien nazes aussi, comme « Happy Birthday » ou pire, « Action ou vérité », mais aussi des réussites hors horreur et épouvante comme « Whiplash », « Get out », « Blackkklansman », comme quoi…) et M. Night Shyamalan, c’est une belle histoire d’amour depuis le très bon « La visite » et l’excellent « Split ». Et logiquement, ils remettent le couvert pour une troisième fois en mélangeant passé et présent, le Shyamalan des débuts avec le Shyamalan d’aujourd’hui, à savoir clore une trilogie commencée avec son chef-d’œuvre qu’est « Incassable », poursuivie avec « Split » et qui donc se termine aujourd’hui avec « Glass ». Mais parfois, trop d’ambition(s) peu(ven)t tuer la création…
Alors que la Bête, mystérieux psychopathe sévit, David Dunn continue avec l’aide de son fils de rétablir la justice à sa manière, celle d’un homme peu ordinaire. Et c’est justement lors de la confrontation avec celui aux multiples personnalités que tout s’achève. Lors d’un combat entre les deux adversaires, la police intervient et les arrête, les enfermant dans un centre hospitalier pour troubles psychologiques où Dunn y retrouve Mr Glass ! Les trois personnages sont alors soignés par le docteur Staple qui veut leur faire comprendre que tout est dans leur tête. Mais quand trois super-héros sont réunis, ce n’est pas le fruit du hasard, et le destin va s’en mêler…
On avait commencé avec « Incassable » et la naissance d’un super-héros au travers d’un très grand film d’une intelligence impressionnante, on avait continué avec « Split » et sa naissance d’un super-vilain encore pire que celui qu’incarne Samuel L. Jackson dans « Incassable », et la fin de « Split » annonçait LE grand film final, qui bouclerait la trilogie. Il y a un peu de ça dans « Glass », mais en même temps, si on doit reconnaitre que Shyamalan est toujours très doué dans sa réalisation, sa mise en scène, que chaque détail a son importance, et que le scénario est quand même très ambitieux… Et justement il est trop ambitieux. On est habitué aux coups de théâtre finaux du cinéaste, mais là, c’est du niveau de la conspiration à la « X-Files », et force est d’admettre que pendant une bonne partie du film, la psychanalyse de chacun ennuie quelque peu. Et quand arrive enfin l’action, et surtout le film sur ces trois personnages hors du commun, tout cela annonce un dernier acte qu’on attendait monumental, et qui par sa démesure, annihile une bonne partie du plaisir du film. Alors oui, la mythologie du super-héros est toujours bien étudiée, ses points forts, les faiblesses, mais justement, il y a une volonté de rationaliser sans rationaliser qui finit au bout d’un moment par s’auto-détruire, et de ce fait, de ne pas donner le rendez-vous attendu, surtout après les deux premiers volets. Peut-être une seconde vision bien plus tard rétablira les choses, mais ce serait étonnant, tant cet achèvement laisse un vrai goût amer qu’on ne souhaitait pas avoir pour finir une trilogie pourtant jusqu’ici inédite et si réussie…

Stéphane THIELLEMENT

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire