SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  Infos -  Ukraine 1933, HOLODOMOR

Article précédent :
C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Qébec (1880-1950)

Ukraine 1933, HOLODOMOR

Article suivant :
Les Yeux de Slimane-Baptiste Berhoun



PHILIPPE ET ANNE-MARIE NAUMIAK Ukraine 1933, HOLODOMOR Itinéraire d’une famille et témoignages de survivants

HOLODOMOR est le terme qu’utilisent les Ukrainiens pour désigner le génocide contre le peuple ukrainien.
Philippe et Anne-Marie Naumiak, enfants d’un survivant du Holodomor qui a vécu en France pendant plus d’un demi-siècle, font le choix de témoigner pour !’Histoire : « Notre démarche n’est pas une quête de racines que nous n’avons, du reste, jamais oubliées. C’est un retour que nous savions inévitable aux sources d’une tragédie familiale, politique, mémorielle, nationale et religieuse dont nous sommes les témoins et les héritiers. »
Après avoir retracé l’itinéraire de leur famille, ils livrent au lecteur des récits authentiques, recueillis en Ukraine, dans lesquels les derniers témoins du Holodomor racontent l’horreur - inimaginable, indicible, absolue - qu’ils ont connue.
« Les mots ont honte d’être si faibles pour représenter l’innommable [. .. ] »

DIDIER RANCE

« Ce massacre de masse par la mort de faim "chez soi", d’une simplicité et d’une efficacité terrifiantes, correspond à la définition juridique du génocide, établie par la Convention votée par l’Organisation des Nations unies à Paris le 9 décembre 1948. »

STÉPHANE COURTOIS

Feuilletage

Ce livre pourrait être publié dans la collection Terreur de chez Bragelonne. car il est vraiment question ici de Terreur, d’horreur, mais pas de la fiction, du réel, de l’historique.
Malheureusement le communisme n’a pas eu son procès de Nürnberg (Nuremberg). Il le mériterait bien, car les horreurs qu’il a produites sont supérieures à celles du nazisme...
À lire pour la mémoire des millions de victimes.

Alain Pelosato