SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Firefly 2

"Firefly 2 " de Ryukishi07 / Nokuto Koike

Ce village... n’est rien d’autre que l’enfer ?

Les adultes étant morts ou agonisant les quatre adolescents s’organisent. Enfin, pour l’instant Terumi enguirlande Yue parce qu’elle cuisine. Terumi en a conclu que Yue joue la boniche pour les garçons (Terumi elle, ne fait rien). D’autre part la cuisson à l’intérieur augmente la chaleur dans la maison (l’extérieur est peuplé de monstres). En plus, Yue n’ouvre pas de fenêtre (si la maison est close cela augmente l’efficacité des charmes de protection).
Ensuite Terumi s’en prend à son cousin Yukito parce qu’il ne va pas dehors pour prouver son courage en allant faire de la cuisine dehors (les monstres...).
Le petit village dans les montagnes s’est retrouvé en enfer. Mais comme leur a expliqué l’étudiante Takano avant de disparaître : « Même l’enfer possède ses propres règles ». Ainsi le danger repose sur des créatures du folklore japonais et sur les chiens errants qui après avoir avalé des aliments de ce monde se sont métamorphosés en monstres. Par contre, il est possible de sortir sans crainte hors des périodes de jour et de nuit, pendant l’aube et le crépuscule. Ceci peut permettre de récupérer de l’eau et de la nourriture à l’extérieur de la maison. Au cours d’une expédition les adolescents découvrent des empreintes de pas de plus de deux mètres de long. Bon, l’essentiel est de ne pas s’attarder... Terumi s’est attardée.
À la menace fantastique s’ajoute la notion de survie (la nourriture est limitée), ce qui procure à ce seinen un aspect « manga survival » assez intéressant.

Damien Dhondt

Auteurs : Ryukishi07 / Nokuto Koike _ Firefly tome 2 _ Titre original : « Hotarubi no tomoru koroni », Traduction : Masaya Morita _ Edition Komikku _ septembre 2018 _ Inédit, poche, sens de lecture japonais, 200 p. dont 4 pages couleurs _ 8,50 euros



Retour au sommaire