SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Aube de Fer



"Aube de Fer"
de
Matthew Woodring Stover

Editeur :
L’Atalante (28 mars 2002)
 

"Aube de Fer"
de Matthew Woodring Stover



++++


Sans fanfare ni trompette, Matthew Woodring Stover fait son retour en France. Si la sortie de son nouveau roman, Aube de fer, ne fait pas la une de toutes les gazettes, c’est simplement qu’il s’agit là de son second livre traduit en français. Le premier, Les héros meurent aussi, publié en janvier 2001, lui avait valu un succès mitigé. Et pourtant il s’agissait d’une histoire sympathique réconciliant habillement science-fiction et fantasy. Toujours est-il que pour ce second opus, Matthew Woodring Stover a décidé de nous emmener à Tyr en plein cœur de l’Antiquité. Quelques années après la fin de la grande guerre de Troie, Barra, jeune aventurière de bonne famille rentre en ville après une saison catastrophique. Sa flotte de navires de commerce a été prise d’assaut par des pillards et elle a été obligée de s’enrôler comme mercenaire pour subvenir à ses besoins. Il faut dire que la période est plutôt trouble. Les pirates se multiplient et l’ambiance à Tyr est franchement délétère. La concurrence entre les grandes maisons de la ville y est de plus en plus rude. Bref, les temps sont durs. Barra décide quand même d’y tenter sa chance. Elle espère être engagée par un riche négociant avec ses deux compagnons. À eux trois, ils forment une équipe redoutable. Leucas est une machine de combat. Fort comme un taureau, le Grec détruit dentitions et côtes sur son passage. Les compétences de Khépéru sont plus subtiles. Venu d’Égypte, il est initié aux arts de la magie. Mais l’homme a comme qui dirait le défaut de ses qualités. Khépéru ne se lave jamais et son odeur nauséabonde possède le seul avantage d’éloigner les curieux. Barra et ses amis vont vite aller de surprises en surprises. Aube de fer est un bon petit roman. Il confirme tout le bien que l’on pensait de son auteur après son premier livre. On aime particulièrement l’ambiance de cet univers antique où grecs, égyptiens et phéniciens se croisent à toutes les pages. Voilà un peu de dépaysement en fantasy. Sans être un chef-d’œuvre, un bon livre à découvrir.


Aube de Fer, Matthew Woodring Stover, Atalante, collection Dentelle du signe, Traducteur : Frank Reichert, 470 p.


Jérôme Vincent






Retour au sommaire