SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  L’anniversaire du monde



"L’anniversaire du monde "
de
Ursula Le Guin

Editeur :
Livre de Poche
 

"L’anniversaire du monde "
de Ursula Le Guin



Inventer un univers, cela demande beaucoup de travail. Jéhovah a pris un congé sabbatique. Vishnou fait la sieste. Les univers de science-fiction ne sont que de tout petits mondes faits de mots, mais ils nécessitent quand même un peu de réflexion.

Puberté en Karhaïde (Coming of Age in Karhide, 1995)

Sur la planète Nivose (1) à la population hermaphrodite le/la dénommé « Sov Thade tage em Erebun » un (ou une) adolescent connaît une poussée hormonale (le « kemma ») qui lui permet d’obtenir une appartenance sexuelle. Cependant il/elle ne sait pas encore quel corps sera le sien.

La Question de Seggri (The Matter of Seggri, 1994)

Sur la planète Seggri, il naît 16 femmes pour un homme. Ceux-ci sont exclus du pouvoir et de l’éducation « Ce qui va au cerveau le fait au détriment des testicules, m’a-t-elle expliqué. C’est pour leur propre bien que les hommes doivent être protégés de l’instruction ». Entrainés dans des « châteaux », ils participent aux « jeux » impliquant des combats de gladiateurs, et même de la lutte contre les taureaux. Il est évident qu’ils ne meurent jamais. Ce ne sont pas des cadavres qu’on évacue, mais des hommes inconscients. Les survivants (rectification : les vainqueurs) des jeux rejoignent les "forniqueries" à des fins récréatives ou de reproduction.
La situation de la planète est obtenue par des rapports fragmentaires d’observateurs venus d’une autre planète, une nouvelle écrite par une auteur locale et une esquisse autobiographique rédigée par un homme ayant exceptionnellement eu accès à l’instruction.

Un amour qu’on n’a pas choisi (Unchosen Love, 1994)

L’action se déroule sur la planète O (2). La population ne peut contracter de mariage qu’à quatre. Un « sedoretu » officialise l’union de quatre personnes : deux hommes et deux femmes.
C’est dans ce contexte que Suord et Hdri forment un couple homosexuel non-marié. D’où le désarroi d’Hadri lorsque son compagnon cherche à constituer un « sedoretu »... avec deux femmes.

Coutumes montagnardes (Mountain Ways, 1996)

Dans une autre région de la planète O, Shanes la montagnarde a constitué un couple avec Enno. Mais former un « sedoretu » nécessite deux autres personnes. Or, pour cela, Shanes et Enno doivent dissimuler le fait qu’Enno est une femme.

Solitude (Solitude, 1994)

La onzième planète du soleil Soro a connu un désastre qui a anéanti sa civilisation de 120 milliards d’habitants. Les explorateurs de l’Ekumen ont découvert une population primitive où les hommes et les femmes vivent séparés. L’étude ethnographique se révèle difficile « Je crois a dit l’un des Observateurs, que la seule activité collective chez les Soroviens consiste à lancer des pierres sur les hommes ». Les femmes sont acceptées. Cependant, il est impossible pour un adulte d’apprendre quoi que ce soit. Les femmes n’enseignent qu’aux enfants. Donc une ethnologue s’installe avec ses deux enfants Ned et Sérénité. Ceux-ci pourront lui répéter la culture de la planète. Problème : la mère n’écoute pas toujours (jamais ?) ce que disent ses enfants.

Musique ancienne et les femmes esclaves (Old Music and the Slave Women, 1999)

Sur la planète Werel (3) Esdan, le chef du service des renseignements de l’ambassade ekuménique, se retrouve aux mains du Gouvernement Légitime (des esclavagistes). Ceux-ci en situation critique face aux forces de Libération l’ont enlevé pour qu’il informe ses supérieurs de l’existence d’une biobombe dévastatrice.

L’Anniversaire du Monde (The birthday of the world, 2000) .
S’étendant face aux barbares l’Empire est dirigé par Dieu. Le couple royal accède par son mariage à la divinité. Seulement voilà l’un des membres de la famille royale veut devenir Dieu à la place de ceux qui ont été désignés par la naissance.

Paradis perdu (Paradises Lost, 2000)

Le vaisseau de colonisation a quitté la Terre depuis quatre générations. Le but est d’explorer et si possible de coloniser une planète lointaine. Mais à bord s’est développée une nouvelle religion qui enseigne que l’extérieur est le Mal et l’Intérieur (le vaisseau) le Bien. Pour les adeptes, le voyage devient une fin en soi. Les officiers du vaisseau ne se préoccupent guère de ces « originaux ». Puis ils apprennent qu’ils ont noyauté le corps éducatif, tout en faisant disparaître des archives de nombreuses informations concernant la vieille Terre. L’obscurantisme est sur le point de prendre le pouvoir à bord d’un vaisseau spatial...

Hormis « Paradis perdu », les autres nouvelles se déroulent dans l’univers de l’Ekumen où de nombreuses planètes dont la Terre ont été jadis colonisées par la planète Haïn. Ceci explique la présence d’humains sur différents mondes, même si les populations connaissent parfois d’importantes différences du fait de l’évolution et peut-être aussi de manipulations génétiques.

Les sociétés décrites sont bien souvent originales et détaillées. Certaines reproduisent certains aspects les plus déplaisants de la civilisation terrienne.
Précisons que le père, la mère et le frère d’Ursula Le Guin ont écrit sur Ishi le dernier Amérindien capturé en 1911. Ce rescapé du « génocide de la Californie » illustre ce qui peut advenir de d’une civilisation.
Sur Werel, les esclavagistes sont noirs et leurs esclaves blancs. De même sur Seggri, les hommes sont dominés par les femmes. Dans les deux cas, cette inversion de la domination met en évidence une situation similaire sur Terre.

(1) également connue sous le nom de Gethen dans le roman « La Main gauche de la nuit »
(2) de « Pêcheur de la mer intérieure »
(3) où se déroule également l’action de « Quatre chemins de pardon »

Damien Dhondt

Auteur : Ursula Le Guin _ L’anniversaire du monde _ Edition Livre de poche _ mars 2010 _ Réédition, poche, 576 pages _ 7,60 euros






Retour au sommaire