SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 12 000 articles
97
  Sommaire - Livres -  G - L -  La Muraille Sainte d’Omale



"La Muraille Sainte d’Omale"
de
Laurent Genefort

Editeur :
J’ai Lu Millénaires
 

"La Muraille Sainte d’Omale"
de Laurent Genefort



9/10

Ce livre est le troisième volet consacré par Laurent Genefort à Omale, son nouvel univers. C’est un monde creux, à la vastitude inimaginable, dont seule une infime partie est connue des trois espèces (Humains, Chiles et Hodgqins) qui peuplent depuis plus de quinze siècles une « grande aire ».
Une mission scientifique menée par Haka, un physicien chile est chargée de découvrir les causes de l’exode sans fin qui jette les populations du Landor sur les routes et déséquilibre l’économie. Pendant le voyage, une tempête détruit le dirigeable. Alors que quelques uns des survivants rebroussent chemin pour essayer de trouver du secours, les autres décident de continuer malgré les dangers encourus. En effet, ils doivent franchir la Muraille Sainte, construite à l’heure du fanatisme, et pénétrer dans des territoires en proie à un isolement millénaire. Derrière cette muraille croyances et excès de toutes natures ont proliféré. Les populations ont été soumises pendant des siècles aux prédicateurs qui martèlent des dogmes xénophobes, entre autres que les Chiles sont des démons et qu’ils doivent être exterminés. Un voyage hallucinant commence. Mais est-il possible, sur Omale, d’aller ainsi aux sources du mystère et d’en percer le secret ?

Avec La Muraille Sainte d’Omale, l’auteur, à travers une quête ponctuée de nombreuses péripéties romanesques, lève un peu plus le voile sur une petite partie de l’incommensurable artefact.
Mais Laurent Genefort ne sait plus faire dans la construction à l’échelle humaine. Il n’est à l’aise que dans des mondes grandioses, où les constructions sont à la dimension de dieux, de civilisations de titans. L’homme, face à un tel environnement ne peut que prendre conscience de sa petitesse, de sa fragilité, ressentir un sentiment d’écrasement face à ces représentations pharaoniques. Et, lorsque l’Homme se mesure à l’aune de l’univers, qu’il se sent dominé par une représentation aussi forte, il se tourne vers les cieux et fait soumission à ces forces supérieures. C’est alors l’émergence et le foisonnement de faux messies, de meneurs en tout genre qui, eux, ont compris le sens du pouvoir et l’intérêt personnel qu’ils peuvent en retirer.

Cependant, l’auteur ne se contente pas d’afficher sa fibre « travaux publics », il s’attache également à la psychologie de l’être humain et aux motivations qui poussent celui-ci. C’est ainsi que Laurent Genefort développe autour de Umdenker, cet homme devenu chef de guerre par hasard, ayant la fibre scientifique chevillée au corps, la comparaison entre esprit de recherche et esprit de profit, le premier ouvert sur le monde et son évolution, le second campé sur ses dogmes. L’auteur se livre à une comparaison fort intéressante de ces deux conceptions de la société et propose, même dans ce cadre de fiction, un travail superbe sur les mécanismes qui amènent à l’obscurantisme, au repliement sur soi et au fanatisme. Au fil de ses romans, il approfondit sa connaissance de ces mécanismes, leur mise en place, leurs conséquences.
Ce roman est aussi l’occasion de revenir sur ces créateurs mythiques d’univers, sur ces constructeurs disparus que sont les Vangks, dévoilant une nouvelle hypothèse, mais sans apporter une révélation sur leur nature. Mais je soupçonne de plus en plus l’auteur de s’être mis, avec ceux-ci, dans la même situation que Stefan Wul lorsque ce dernier écrivait dans L’Orphelin de Perdide : « Ils arrivent » alors qu’il ignorait totalement de quoi il s’agissait et qui pouvait, ainsi bien arriver !
Laurent Genefort réussit à faire de ce livre un roman d’aventures réellement dépaysantes, un roman de réflexion sur l’homme et ses multiples motivations, une esquisse de conte philosophique sur les différences entre les races et leurs complémentarités.
Bref ! Un livre passionnant à dévorer sans retenue

Serge Perraud

La Muraille Sainte d’Omale, Laurent Genefort, J’ai Lu Millénaires, Mai 2004.






Retour au sommaire