SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  King’s Game 2

"King’s Game 2 " de Nobuaki KANAZAWA & Hitori RENDA

Ce jeu nous mène inéluctablement à la mort.

Si les élèves de la classe échouent à exécuter « l’ordre du roi » transmis par leur téléphone portable, ils reçoivent un gage, le plus souvent la mort. S’ils refusent de participer, ils meurent également.
Certains essaient d’élaborer une stratégie. D’autres utilisent le chantage ou la violence.
C’est alors que quelqu’un interfère avec le « jeu du roi ». Un mail de « Kamihate » le légendaire gamer et hacker a permis de contrer une tentative violente. Il faut en conclure que celui ou celle dont l’identité n’a pas pu être percée à jour par les services secrets se trouve dans la classe !
Quoiqu’il en soit l’épreuve se poursuit et l’élève Nami Hirano reçoit pour ordre de « se donner un ordre à elle-même ». Tout devrait bien se passer. Mais Nami saisit l’occasion et décide de se donner l’ordre de « toucher le roi » !
Il suffit qu’elle touche tous les rescapés de la classe. Lorsqu’elle touchera le roi, elle recevra aussitôt un SMS l’avertissant de son succès.
Le « manga survival » implique de trouver des tactiques pour survivre à une situation critique. Dans cette perspective, la théorie de Nami Hirano pourrait apporter la solution. Seulement voilà et après ? L’élève Ria Iwamura émet une objection pleine de bon sens : « La seule façon de mettre fin à ce jeu, c’est de tuer le roi ! ».

Damien Dhondt

Scénario : Nobuaki KANAZAWA, Dessin : Hitori RENDA _ King’s Game tome 2 _ Traduction : Yohan Leclerc, Adaptation graphique : Clair Obscur _ Edition Ki-oon _ février 2013 _ Inédit, poche, sens de lecture japonais, 176 p. dont 4 pages couleurs _ 7,65 euros



Retour au sommaire