SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Le serment du chevalier noir (The Black Knight, 1954)

 

film de Tay Gardnett

Vous préféreriez avoir le Chevalier Noir à vos côtés ! Il le sera... mort !

Sous le règne du roi Arthur (Anthony Bushell) l’Angleterre connaît une période de paix qui n’est perturbée que par les incursions des Vikings.
John (Alan Ladd) le compétent forgeron fabrique armes et armures de qualité. Sa tâche n’est distraite que par la présence de la belle Linet (Patricia Medina) la fille du conte de Yeonil (Harry Andrews).
Mais un raid « viking » anéantit tous les rêves. Le château est détruit, le conte blessé et Linet assiste à la « fuite » de John. En fait, il part à la poursuite des agresseurs, en particulier celui qui avait ri en attaquant le conte de Yeonil.
Surgissant à cheval dans la salle du banquet de Camelot John attaque Bernardo en qui il a identifié l’agresseur du conte. Neutralisé par les Chevaliers de la Table Ronde John explique qu’il l’a entendu rire lors de l’assaut. D’où des rires et un désaveu. En effet, le dénommé Bernardo est muet (c’est curieux cela rappelle quelque chose) et est le serviteur de Sir Palamides (Peter Cushing) un chevalier sarrasin fidèle au roi Arthur.
Ce dernier impose trois mois à John pour prouver ses dires ou subir un duel judiciaire.
Sir Ontzlake, un ami du conte de Yeonil, conseille alors à John de dissimuler son identité sous celle du « Chevalier noir ». À l’occasion de défis donnés à d’autres chevaliers, il pourra ainsi acquérir l’expérience lui permettant d’affronter Palamides en duel.
Sous l’identité du Chevalier Noir John découvre que Palamides s’est allié au roi Marc de Cornouailles (Patrick Troughton, alias le 2° Docteur Who). Ce dernier a feint sa conversion au christianisme et demeure fidèle à la religion des druides. Les deux conjurés préparent une attaque concertée contre l’Angleterre. Les troupes de Marc de Cornouailles attaqueront Camelot en provenant du Nord (euh, la Cornouailles ne se trouve t’elle pas à l’Ouest de l’Angleterre ?), tandis que les Sarrasins débarqueront au Sud en provenance… de la Bretagne ( pardon ? ).

Lorsqu’un film mentionne le roi Arthur, il ne faut pas s’attendre à une grande exactitude historique. Mais là cela devient ridicule. Précisons que Marc de Cornouailles et Palamides appartiennent tous deux à la légende arthurienne. Leur statut original leur vaut à tous les deux d’être transposés dans le rôle de traître. La complexité de ces personnages aurait permis un développement intéressant. Mais ce ne sera pas le cas. Restons-en aux fondamentaux : le justicier masqué !

Quant à la réalisation, on observe que touchés par des flèches des défenseurs de Camelott succombent. C’est ainsi que les cascadeurs tombent avec complaisance du haut des murailles. Il est vrai qu’ils n’utilisent pas les meurtrières (bien visibles à l’écran) qui pourraient les protéger des tirs ennemis. De plus, quand on observe la cour intérieure, on constate l’absence de chemins de ronde d’où ils auraient dû se placer.

Ce film décevant est à voir par curiosité, principalement pour l’interprétation de Peter Cushing et Patrick Troughton.

Damien Dhondt

Fiche technique :

Réalisateur : Tay Gardnett
Scénariste : Alec Coppel, Dennis O’Keefe & Bryan Forbes
Audio : dolby digital 2.0 mono
Langue : Français / Anglais
Sous-titres : français
Format : 4/3 - 1.33:1
Nombre de disques : 1
Sortie : 23 mai 2017
Durée : 1h25
Editeur : Sidonis / Calysta
Prix : 16,99 euros

Bonus DVD :

– Présentation du film par Patrick Brion
– Alan Ladd le véritable homme tranquille
– galerie de photos

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
Cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2015



Retour au sommaire des films bis et culte