SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Le Rouleau de Thot



"Le Rouleau de Thot "
de
Richard L. Tierney

Editeur :
Chaosium
 

"Le Rouleau de Thot "
de Richard L. Tierney



Le Rouleau de Thot
Richard L. Tierney
8/10
Chaosium Inc.

Il y a de cela quelques années, les éditions Oriflam nous avaient régalé d’une bonne dizaine de recueils thématiques centrés sur l’oeuvre de Lovecraft. Chaque ouvrage se basait sur une entité Lovecraftienne (Cthulhu, Asthur, etc...) ou des lieux mythiques (Xothique) et autres archétypes (Livre de Iod) . Certaines étaient centrées sur des auteurs (Lin Carter, Henry Kuttner) et offraient vraiment un panorama original des extensions romanesques à l’oeuvre-monstre de Lovercraft. De plus, Oriflam fut le premier éditeur en france à publier le grand Holhbein dans un cycle Lovecraftien sublime, le cycle du Mage de Salem, dont on attend toujours une nouvelle publication. Holhbein est un peu le Stephen King allemand qu’on aimerait mieux connaître.
Malheureusement, tel l’enfant fauché dans sa course, cette remarquable initiative fut interrompue par le décès soudain du directeur de collection et cette merveille pour amateurs sombra dans l’anonymat. il nous resta à nous, français, de splendides recueils bradés dans les maxi livres et autres bouquineries...........

Pendant ce temps, cette entreprise gigantesque se poursuivait aux States, chez Chaosium, égrenant des volumes aussi passionnants les uns que les autres.
Ainsi, ce "Rouleau de Thot" par l’auteur du prodigieux cycle de Red Sonja en 6 volumes paru jadis dans les années 80, rehaussé des illustrations superbes de Boris vallejo, et qui fut probablement la meilleure extension romanesque à un personnage de Howard.

Même si le livre date de 1997, il nous présente un Richard L. Tierney aussi à l’aise dans son sujet que peut l’être un véritable créateur. Robert M. Price avait lancé une thématique autour de la figure de Simon le Magicien, figure biblique et rivale païen de Pierre. Un certain nombre d’auteurs avaient répondu présent, mais les nouvelles le plus originales reprises dans ce recueil sont de Tierney.
L’exploit qu’il y avait à relever quand à cet illustre personnage était d’une part de pouvoir, parmi les innombrables strates réalisées sur la légende, tenter de faire ressortir des nouvelles originales et accrocheuses pour les lecteurs. D’autre part, il s’agissait de se garder du pur pastiche lovecraftien et saisir la légende du personnage dans toutes ses aspérités tout en tentant d’y incorporer un contexte lovecraftien original, cohérent et sensé.

Les 12 nouvelles que compte ce recueil nous emmènent très loin dans l’histoire, au temps de l’époque romaine plus précisément. On y suit les pérégrinations d’un certain Simon, gladiateur de son état et doué de pouvoirs qui lui confèrent l’aura d’un véritable sorcier dans cette Rome antique et sauvage. Il sera confronté, outre des combats épiques, aux agissements de prêtres sorciers des plus maléfiques, un lot d’Empereurs sanguinaires et les inévitables rejetons propres aux mythes lovecraftiens. L’ordre chronologique que suit l’auteur est des plus sensé et renforce le côté historique, conférant à ce recueil une force supplémentaire. Des arènes de Rome à sa confrontation avec le mal primordial qui ronge les bords de notre monde, on suit l’ascension de ce Simon le magicien magnifiée par la plume d’un excellent prosateur. De plus, sa quête se double de celle de son amour pour la belle Hélène avec des réminiscences du conte d’Orphée et Eurydice et dont la force sous tend toute l’entreprise de ce magicien doublé d’un guerrier.
Ce qu’il y a de remarquable chez Tierney c’est cette prodigalité à se servir de nombreux archétypes issus d’autres mythes littéraires comme le mythe de Conan. Ainsi, dans la très belle nouvelle "L’âme de Kephri" , Simon parviendra à défaire de sombres maléfices grâce à l’épée perdue d’un grand Roi d’Aquilonie (Conan) . Cette exploitation du mythe d’Excalibur par le biais des thèmes Howardiens est une réussite totale. Quand à la nouvelle "La lame du tueur" elle est un hommage au Kane de Karl Edward Wagner dans toute sa sombre mélancolie et ce portrait d’un homme perdu en proie à une éternelle rédemption qu’il ne parvient à trouver que dans le combat perpétuel contre le mal protéiforme. Ces nouvelles forment un panorama concerté de ce que les pastiches lovecraftiens ont de meilleur. De la très belle nouvelle "Le regard du Dieu dans les étoiles" à "L’âme de Kephri" en passant par la nouvelle titre "Le Rouleau de Thot" , nous avons là une remarquable extrapolation des mythes lovecraftiens en faveur d’une histoire originale dans un contexte historique brillamment illustré. Pas vraiment un pastiche donc, plutôt une remarquable vision des mythes tératologiques dans une histoire légèrement décalée. Un grand plaisir de lecture et un regret pour les néophytes qu’il ne puisse pas y avoir une traduction française.

Le Rouleau de Thot, Richard L. Tierney, Chaosium Inc., 369 pages, 17$ environ.






Retour au sommaire