SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Barbe-bleue Coffret collector

"Barbe-bleue Coffret collector " de Edgar George Ulmer & Edward Dmytryk


 

Barbe bleue ("Bluebeard", 1944) film américain d’Edgar George Ulmer

- Alors c’est vous barbe bleue ?
- Qui a dit ça ?

Le Paris du XIX° siècle est terrorisé par l’existence d’un meurtrier s’en prenant à la gent féminine.
L’un des suspects se nomme Gaston Morel (John Carradine). Ce marionnettiste explique à Lucille sa nouvelle conquête que toutes ses créations lui ont été inspirées par des femmes qu’il connaissait.
Loin du conte originel de Barbe Bleue ce film policier fait de l’assassin un esthète passionné par son art qu’il associe à l’assassinat. Le romantisme se mêle à la pulsion meurtrière.
Ce film multi-genre (adaptation - film historique - policier - dramatique) est traité avec une alternance de subtilité et de pragmatisme. Précisons que retentit la Marseillaise lorsqu’apparaît l’inspecteur chargé de l’enquête (une méthode comme une autre pour rappeler le lieu de l’action).

Barbe bleue ("Bluebard",1972) Film américain d’Edward Dmytryk

- Je suis obligé de la tuer comme toutes les autres.

Dissimulant ses cicatrices sous une barbe bleue le baron von Sepper (Richard Burton) est un héros de la Première Guerre mondiale. Sa notoriété contribue à sa carrière politique au sein d’un mouvement d’extrême-droite (dont l’insigne est une croix gammée altérée).
Sa popularité l’aide également dans ses entreprises de séduction. C’est ainsi qu’il obtient la main d’une ravissante jeune femme. Or celle-ci découvre dans le château du baron les dépouilles de ses anciennes conquêtes.
Découverte par le baron, elle n’est pas éliminée tout de suite. En homme courtois, le baron tient à lui expliquer pourquoi ces femmes sont mortes. Ceci donne lieu à plusieurs flashbacks où le baron va être confronté à différentes femmes "originales". Les épisodes de séduction tournent au ridicule, voire au grotesque.
Mais, alors que se poursuit l’évocation de crimes relevant plus de l’humour noir que de la tragédie, la nouvelle épouse et future trépassée analyse les faits et découvre que le baron lui a dissimulé sa principale motivation. Elle avance alors une hypothèse.
Ce film franco-italien n’évoque pas le conte de Perrault. Ici, le meurtrier possède réellement une barbe-bleue qu’il doit à une brûlure causée par une réaction chimique.
Cela permet d’ancrer l’histoire dans la vraisemblance, tout en présentant des personnages hors-normes.

Damien Dhondt

Fiche technique :

Réalisateur : Edgar G. Ulmer / Edward Dmytryk
Scénariste :
– Pierre Gendron, d’après une histoire de Arnold Phillips et Werner H. Furst
– Edward Dmytryk, Ennio De Concini et Maria Pia Fusco
Format : 4/3 - 1.85 : 1
Images : noir & blanc - couleur
Audio : Mono
Langue : VOST - français
Nombre de disques : 2
Sortie : 11 septembre 2012
Durée : 73 mn / 125 mn
Editeur : Bach films
Prix : 20 euros

Bonus :

un livret : Le conte original de Charles Perrault, La Barbe-Bleue

Bonus DVD :

- À propos de John Carradine, par Jean-Pierre Bouyxou
- Le mythe de Barbe-bleue, par Jean-Pierre Deloux
- À propos d’Edgar G. Ulmer, par Stéphane Bourgoin
- Edward Dmytryk, par Yves Boisset
- La Barbe-Bleue par Fabienne Raphoz :
- Le conte de Charles Perrault
- Variantes et interprétation
- Les origines du personnage

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
Cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2015



Retour au sommaire des films bis et culte