SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Beyond RE-ANIMATOR
"Beyond RE-ANIMATOR"
de Brian Yuzan

2003

Près de vingt ans après le premier film, Jeffrey Combs reprend son rôle de Herbert West dans cette adaptation très attendue de Lovecraft. Le médecin fou, emprisonné dans un quartier de haute sécurité, se lie avec un jeune docteur ambitieux. Ensemble, ils reprennent leurs expériences sur la ré-animation des morts.

Le résultat constitue un spectacle soigné et bien écrit, basé sur la prestation hallucinée des acteurs (surtout de Combs, excellent) et un scénario solide riche en surprises. Après une première heure efficace et bien menée sur un tempo assez lent, Yuzna se laisse aller à un final délirant dont il a le secret. Une émeute dans la prison permet une véritable orgie sanglante où les idées folles se succèdent (détenu zombie coupé en deux, castration buccale, overdose de produit miracle et explosion corporelle) jusqu’au final où un rat et un pénis sectionné et ré-animé (!) s’affrontent en combat singulier. Le cinéaste ne ménage pas ses effets et, aidés par les maquillages géniaux de Screaming Mad George, il livre le produit espéré par les fans : une bonne histoire, quelques références et clins d’œil à Lovecraft, une pointe de sadisme, un soupçon d’érotisme déviant, du gore en pagaille et des concepts horrifiques novateurs. L’humour noir répond aussi présent mais dans une proportion moindre, le ton de ce troisième volet s’avérant plus sérieux et moins porté sur la gaudriole saignante. Sans atteindre le niveau du premier volet (un chef d’œuvre insurpassable du gore), ce nouvel épisode, supérieur au précédent, constitue un bon exemple d’horreur, à la fois "à l’ancienne" et moderne (comme en témoigne le prologue très néo-slasher). Bref, un bon divertissement assuré qui laisse la porte nouvelle à une nouvelle suite. Si le niveau se maintient, je vote pour !

Verdict : 8 / 10

Pizzoferrato Fred.



Retour au sommaire