SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Tarzan (The Legend Of Tarzan) (2016)
"Tarzan (The Legend Of Tarzan) (2016)"
de David Yates
 


Scénario : Craig Brewer & Adam Cozad, d’après « Tarzan » d’Edgar Rice Burroughs
Avec : Alexander Skarsgard, Samuel L. Jackson, Christoph Waltz, Margot Robbie, Djimon Hounsou.
Warner Home Vidéo

Encore un film non chroniqué lors de sa sortie en salles en ces colonnes, faute d’époque de sortie – au mois d’Août, les vacances…-, à des dates de projection peu avantageuses parfois, bref à un malheureux concours de circonstances. Mais quand bien même, était-ce bien indispensable de parler de cette nouvelle énième version des aventures de l’homme-singe le plus célèbre au monde inventé par Edgar Rice Burroughs il y a plus d’un siècle ? Hé bien oui, car au risque d’en choquer un bon nombre, voici enfin une adaptation de Tarzan qui renoue avec le meilleur de ses aventures, celles qu’on a connu retranscrites en BD dans un style très « serial », avec son lot d’affreux colonialistes blancs, ses contrées perdues aux richesses immenses, ses combats titanesques contre les plus sauvages des animaux de la jungle, celle d’un Tarzan au physique sculptural d’un Doc Savage, naviguant sans problème entre la civilisation et le primitif… On est loin de « Greystoke », on est loin des délires de John Derek, on est loin de l’aventure plan-plan et proprette des séries et autres versions précédentes, on est simplement devant « Tarzan ».
Ayant retrouvé ses racines familiales, Tarzan est revenu sur le sol anglais en tant que John Clayton III, Lord Greystoke, et vivant aux côtés de sa femme Jane dans une somptueuse demeure aristocratique. Mais son passé le rattrape, suite aux malversions menées par le gouvernement belge pour s’emparer des richesses du Congo. Afin de contrer les pires desseins de l’émissaire du roi de Belgique envoyé sur place, Tarzan aidé d’un scientifique américain, George Washington Williams, va retourner sur sa terre d’adoption, rejoint par Jane, afin de faire régner la liberté sur son vrai monde…
Un peu pompeux comme résumé mais s’avérant assez proche de la réalité du film. Comme il est dit au début, qui connait un peu les aventures de Tarzan au travers des versions BD, retrouvera ici tout cet univers qui finalement est plus celui qu’on connait vraiment que celui de Burroughs, un peu plus réaliste et sérieux. Et c’est sous la plume de Craig Brewer que cela s’opéra. Bon il y a un co-scénariste, à qui on doit « The Ryan Initiative » qui n’a pas marqué du tout les mémoires. Par contre Brewer, c’est une autre pointure. On lui doit « Hustle & flow », « Black snake moan », le remake très réussi de « Footloose », et des épisodes de séries TV prestigieuses. Brewer sait écrire, et on comprend ce qui l’a intéressé ici, à savoir le côté serial des aventures de Tarzan – via la cité d’Opar, ces mercenaires sans foi ni loi au service du plus pourri, les combats à mains nues de Tarzan contre certains animaux puissants de son environnement, etc… Et de confier la concrétisation de ce projet à… David Yates. Ouais, le gars qui a signé les derniers Harry Potter et le récent « Les animaux Fantastiques ». Certes, on aurait préféré un autre. Mais bon, encore que sur ce coup-là, Yates s’en sorte pas mal. Rien d’exceptionnel, du boulot correctement bien fait, sans réelle personnalité. Un peu comme ce Tarzan qui échut à l’insipide Alexander Skarsgard… Qui réussit ici à transformer le plomb en bronze – non, quand même pas en or, soyons honnêtes ! – via un travail sur lui-même remarquable, physiquement parlant, et qui s’échine à reprendre des postures connues du héros de la jungle telles que vues sur les couvertures de ses albums ou sous les traits des plus beaux travaux de Frazetta sur Tarzan, comme celles où il domine du haut d’une falaise une canopée immense, celle où il se lance dans un combat à mort contre un gorille, etc… L’univers de Tarzan est par contre magnifiquement bien rendu tout en ayant été tourné quasiment en… Grande-Bretagne, dans les studios Warner ! Techniciens divers et variés recréant la jungle de toutes pièces, accentuant le gigantisme de certaines plantes pour mieux plonger le spectateur dans un monde inconnu, des paysages pour mieux en souligner la majesté encore vierge, etc… Jane quant à elle est très jolie, et très potiche, incarnée par une Margot Robbie devenue célèbre en Harley Queen dans « Suicide Squad » qui avoue être contente de ce tournage en studio et fonds verts, évitant ainsi un tournage dangereux en décors naturels !!! Et comme vous venez de le découvrir au travers de ce dernier portrait d’un des pans de ce nouveau « Tarzan », tout cela se découvre au hasard des petits modules constituant les bonus de ce film, mis bout à bout représentent un peu plus d’une heure de documentaires sur le tournage du film, allant même pour finir donner la parole à « Tarzan & Jane » pour saluer les efforts d’une organisation de défense des éléphants menacés d’extinction par le braconnage de l’ivoire ! En soi, ces modules permettent surtout de voir le défi ahurissant que représente le film, et qui démontre que même dans ce genre, il n’y a plus de limites, on peut tout faire. Pas besoin d’heures de palabres parfois trop lourdes, le minimum requis est bien rendu, et on en sort époustouflé. Enfin, la version 3D s’avère superbe, et donne au spectacle encore plus de « réalisme » et surtout de puissance, ce qui – vous l’aurez compris – fait de ce « Tarzan » un très beau spectacle et, n’ayant pas peur de l’avouer, peut-être la meilleure des adaptations du héros de Burroughs, bien plus intéressante quand ses aventures sont traitées sous cet aspect « serial » et non trop réaliste, auquel on est en droit de ne pas croire. Non, je ne suis pas fan du « Greystoke » de Hugh Hudson. Personnellement, ce « Tarzan » me sied bien plus.

Note film : 9/10
Blu-ray : copie magnifique, format d’origine 2.40 :1, image 16/9ème - 110 mn.
Bonus : 10/10 : modules (un peu plus d’une heure au total) sur la renaissance de Tarzan, les décors virtuels, l’entrainement des acteurs, ...

Stéphane THIELLEMENT

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
Cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2015



Retour au sommaire