SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Fight Club 2

"Fight Club 2 " de Chuck Palahniuk et Cameron Stewart

« Votre groupe sanguin. Vos rêves inavouables. Vos allergies alimentaires. Vos fantasmes écœurants. Le nom de la première personne dont vous avez souhaité la mort. Le nom de la première personne avec laquelle vous auriez aimé coucher. La raison pour laquelle vous avez cessé de croire en Dieu. Nous savons tout ça mieux que vous, mais ça ne nous intéresse pas. »

La première règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. La seconde règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club, etc. Vous vous souvenez ? Dix ans ont passé, celui qui dorénavant se fait appeler Sebastian mène une petite vie tranquille auprès de sa femme Marla et de son fils de neuf ans, Junior. Monsieur-tout-le-monde quoi. « Sebastian » aurait pu devenir le nouveau Gengis Khan, mais il prétend être heureux et satisfait de cette vie médiocre, aidé en cela par les petites pilules qu’il avale quotidiennement. Jusqu’au jour où Marla commence à remplacer les médicaments par de l’aspirine, jusqu’à ce que la maison de la petite famille soit la proie des flammes. Une libération et un électrochoc qui vont ramener à la surface le monstre schizophrène qui sommeille en Sebastian : Tyler Durden. Durden qui se met à la recherche de Junior, peut-être responsable de l’incendie, peut-être déjà sur les traces de son illustre paternel, grand fouteur de bordel devant l’éternel.

Bien servi par le style déjanté de Cameron Stewart, au diapason des intentions scénaristiques, autoréférentiel (le livre et le film de Fincher sont évoqués, Palahniuk est un personnage clé sur la fin), stylistiquement audacieux (des bulles de dialogue disparaissent derrière les petites pilules, drogues ou médocs), violent, barré, satirique, cynique, chaotique, outrancier, ce roman graphique est fidèle à la sulfureuse réputation de son auteur, génial pour ses fans, irritant pour ses détracteurs. Livre culte, film culte, Fight Club est en passe de devenir une bédé culte, l’œuvre virale par laquelle l’auteur provocateur se réapproprie sa création et sa créature, quitte à dérouter leurs plus fervents admirateurs. Cerise sur le gâteau, Fight Club 2 est proposé en édition reliée avec jaquette et toutes les couvertures US originales de David Mack, ainsi que les alternatives, ce qui en fait aussi un très bel objet-livre.

Hervé Lagoguey

Fight Club 2, de Chuck Palahniuk et Cameron Stewart (2015), Super 8, avril 2016, album cartonné, 304 pages, 25 euros.



Retour au sommaire