SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Lisane, la magicienne sans nom



"Lisane, la magicienne sans nom"
de
Delia M. Turner

Editeur :
J’ai lu (28 février 2002)
 

"Lisane, la magicienne sans nom"
de Delia M. Turner



Le cycle de Ller - 1.


+++
Lisane, fille du IlerMennet, le Seigneur du Cycle, et de la IlerKalten, la Reine Mère, a été éduquée pour devenir à son tour la future impératrice et prêtresse de Mennenkalt. Sur sa planète, ce qu’ailleurs on appelle Magie est considéré comme émanant de Ller, énergie première, mi-déesse mi-élément, à la fois respectée et louée.


Mais tout cela n’est plus que passé, fumerolles dans l’univers indifférent, souvenirs sans force. Les envahisseurs ont tout anéanti. La planète a été ravagée et les sujets de Lisane réduits en esclavage.


Dans sa fuite, Lisane échoue sur un monde archaïque, où elle est faite prisonnière et conduite dans une citadelle austère aux règles carcérales. Ici est enseignée la Magie, puissance dangereuse et menaçante. Ller y est inconnue. Ici on ne croise que des garçons. Sur ce monde, seuls les hommes semblent capables de manier la Magie et nombreux sont ceux qui en usent avec violence.


Malgré le désaccord des membres du Grand Conseil, Kaihan, personnage aussi énigmatique que puissant, ordonnera qu’elle suive l’enseignement réservé aux apprentis mages et qu’elle se présente devant la Bête pour l’ultime épreuve.


Pour son premier roman, Delia Marschall Turner nous offre une alliance réussie entre fantasy et science-fiction, mêlant sans fausse note, magie, prêtrise élémentaire et conflits galactiques. Le style est vif, l’intrigue rythmée et accrocheuse. La fin du roman pèche un peu. Trop rapide. On reste sur sa faim, peut-être parce que l’on s’est laissé prendre par le périple de l’héroïne et que l’on voudrait en lire plus.


Autre hardiesse de l’auteur : le voile de pudeur qui jusque-là flottait sur tous les écrits de fantasy est définitivement arraché. Les héros sont de chair. Le désir existe ! Et pas seulement. La surprise est là. Mais est-ce suffisant ? La suite nous dira si, l’étonnement passé, il subsiste suffisamment de qualités pour en faire une bonne saga. Verdict au tome II du Cycle de Ller.


Lisane, la magicienne sans nom, Le cycle de Ller - 1, Delia M. Turner. Éditions J’ai Lu. Traduction : Sophie Troubac


Karine Soum-Dominiczak







Retour au sommaire