SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Écriture, Mémoires d’un métier



"Écriture, Mémoires d’un métier"
de
Stephen King

Editeur :
Livre de Poche
 

"Écriture, Mémoires d’un métier"
de Stephen King



8,5/10

Qui s’est un jour essayé à l’écriture de nouvelles (pour commencer), voire de romans (qu’on ne se croyait pas capable de mettre un jour au monde tant la montagne à escalader semblait interminable), sait que la magie des mots existe. Qu’il s’étend une autre dimension dans laquelle des hommes et des femmes naissent et continuent à vivre, dans nos mémoires, bien après que le mot "fin" soit venu tirer le rideau sur leur histoire. Que l’écriture est un travail à prendre au sérieux mais également une méthode d’évasion spectaculaire, pleine de fantaisie, de surprises et de connivence entre le lecteur et l’auteur. Stephen King nous ouvre ainsi les portes de son manoir mental, commençant la visite par son enfance, qui a façonné l’escalier menant à l’adulte qu’il est devenu. Cette première partie se lit comme tout bon roman du maître de la terreur ; on acquiesce, on sourit, ressentant cette vérité qui palpite dans chacun des mots, veines d’encre courant sur le papier. Cette facilité avec laquelle l’écrivain raconte, sans emballage multicolore pour rendre sa prose plus belle - qui n’en a nulle besoin - étant toujours étonnante. Puis l’auteur devient professeur et explique sa perception d’un bon roman. Cette partie n’intéressera principalement que ceux qui ont tenté l’aventure de l’écriture, et qui ont déjà affûté leurs lames, afin d’avoir le recul nécessaire pour apprécier la démonstration. On ne ressort effectivement pas transformé par cette lecture. Tout comme le patient du psychologue qui énumère sa façon de percevoir ce qu’il est et le monde qui l’entoure, ce ne sont que des vérités qui sont annoncées, que l’on connaît bien même si le fait de les lire ne fait que renforcer ces dernières. Et ainsi nous les faire digérer plus facilement. Ces mémoires d’un métier ciblent donc un public particulier, même si les fans de l’auteur se délecteront de la première partie contant sa vie, permettant de mieux comprendre la réalité qui a mené Stephen King a écrire de la fiction.

Grégory Covin

Ecriture, Mémoires d’un métier (On writing a memoir of the craft) - Stephen King - traduit de l’américain par William Olivier Desmond - Le Livre de Poche - décembre 2003 - 350 pages -6,50 euros






Retour au sommaire