SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Interviews -  Vin Diesel (Chroniques de Riddick)
Interview de Vin Diesel (Chroniques de Riddick)
Par Marc Sessego

Dernier ajout : dimanche 15 août 2004

"Vin Diesel (Chroniques de Riddick)"

Interview Vin Diesel
“Les Chroniques De Riddick”

C’est le 11 juin 2004 au "Four Season hotel" que Vin Diesel reçoit "Sf Mag". Vin est réellement un passionné de cinéma et il prend le temps de nous parler de sa vie, de ses projets et même des DVDs qu’il aime. Il est charmant, très drôle, et nous explique pourquoi il affectionne particulièrement le personnage de "Riddick".. C’est également un grand voyageur qui va très prochainement aller s’implanter à Rome.

Je vous laisse donc le plaisir de découvrir celui dont la phrase cinématographique est devenue très célèbre "You are not afraid of the dark, are you ?" (Vous n’avez pas peur du noir n’est ce pas ?)


VD : Bonjour, comment allez vous ?. Le film est déjà sorti...... Excusez moi si je suis quelque peu angoissé durant ce premier jour de sortie.

MS : Pas du tout, si vous le permettrez je plonge dans le sujet. Que pensez vous de la SF telle qu’elle est présentée dans le film ?.

VD : Question intéressante, car le film a lui même sa propre question. Que feriez vous si l’on vous obligeait de vous convertir à une religion ?.....

MS : Cela s’est d’ailleurs très souvent passé dans l’histoire....

VD : Oui tout a fait, vous savez dans le film on la prend du coté science fiction mythologique.....

MS : Que feriez vous, et... est ce que cela vous est déjà arrivé ?.

VD : Non ! vous savez je viens de Manhattan et il n’y a pas de religion imposée là-bas croyez moi !! (Il rit !!).

MS : Pourquoi avez vous ramené le personnage de Riddick ?.

VD : Le premier film nous présentait cet antihéros dans une histoire à mi-chemin entre la science fiction et le film d’horreur, et si vous regardez bien dans le premier volet, le personnage évolue et il y a une sorte d’affection du spectateur envers le personnage : je ne sais pas si c’est un besoin, un désir ou une envie de continuer à le faire vivre mais ce sentiment était là, latent... De plus, "les chroniques de Riddick" vous permettent de rencontrer et d’arriver dans un monde qui est désormais 100% science fiction avec tout ce que cela implique.

MS : Vous êtes réputé pour ne pas aimer les suites. Alors, pourquoi celle ci ?.

VD : Tout le monde sait que je suis quelque peu réfractaire lorsque l’on avance l’idée des suites.... Aussitôt que les entrées sont excellentes on propose l’idée d’une suite illico, tout ca pour capitaliser le succès d’un film ! La chose amusante pour moi dans "Les Chroniques" c’est que le personnage dont je reprends le rôle a été créé pour un film qui n’a pas particulièrement été un gros succès ; mais j’aime le personnage.

Le plus amusant c’est que de tous les personnages que j’ai joués c’est celui là auquel tout le monde m’identifie...Il faut dire que Riddick a été accepté et compris par beaucoup. Lorsque j’étais enfant je demandais toujours ce qui était bien ou bon, et maintenant, ma mère trouve que les films que je tourne sont une exploration de la moralité ! Vous savez l’héroïsme est tellement présent dans notre vie.... J’ai été Garde dans un club à New York , la sécurité était notre souci principal car il y avait environ 300 personnes par soir... et bien, quelque part, j’étais heureux de les voir venir s’amuser sachant qu’ils étaient dans de bonnes mains, surtout les femmes si vous voyez ce que je veux dire, et je peux vous dire que ce club était devenu bien plus sûr que le métro....

MS : Vos personnages sont toujours en train de se battre ou sont impliqués dans des actions particulièrement physiques. Vous verra t-on dans des rôles plus nuancés ?.

VD : Actuellement je tourne "le Pacifiste" qui est une comédie. Mon personnage est un soldat (navy seal) qui en même temps doit s’occuper d’enfants : il doit garder 5 enfants, de 9 mois à 16 ans... C’est pour moi un tournant. Tout le monde sait que je voudrais refaire “Guys and Dolls“ (musical des années 50, ndlr), pour rendre hommage à ma grand-mère qui adorait les films musicaux,

MS : ces projets sont ils en chantier ?.

VD : Pas encore, cela prend parfois des années entre le concept et le plateau du studio. Si je repense à "Pitch Black", par exemple, le studio c’était Polygram.... j’avais tourné “Boiler Room” juste après, et bien tout s’est tellement bien agencé que ces deux films sont sortis le même jour !!! En fait, ça a eu un excellent impact sur ma carrière car le public a pu voir, le même jour, 2 facettes de mon jeu !!. L’action va avec le physique et son physique on le porte tous les jours : Je me rappelle par exemple de ma rencontre avec Joël Shumacher c’était pour jouer un travesti et ca ne collait pas et pour cause : un travesti ne passe pas des années à la gym ! Vous voyez ce que je veux dire... ?

MS : Qui admiriez-vous quand vous étiez enfant ?.

VD : Les icônes, vous savez les actions héros sont nouveaux d’une certaine manière. Ils proviennent plus du duo Stallone/Schwarzenneger que d’autres choses. Mais avant eux, il y a eu Kirk Douglas, Marlon Brando, James Dean, qui d’ailleurs a fait sa version de "The Fast and The Furious" avec “la fureur de vivre“, Clint Eastwood, etc. ...

MS : Comment faites vous pour vous préparer et être Riddick ?.

VD : Le physique de Riddick demande un corps qui puisse se battre rapidement. Pour le premier film je ne suis pas allé à la gym, j’ai surtout fait du yoga car mon personnage, lorsque les ennuis commencent, sort du soleil cryogénisé et cette condition dure depuis des jours et des semaines : il ne peut donc pas sortir de la gym. Pour les critiques, il a fallu incorporer un style de combat qui puisse se fondre avec le personnage. Si vous regardez le jeu vidéo : avant sa capture, dans le début du film, il a été en captivité pendant 5 ans sur cette planète et n’a fait que combattre et échapper à des sortes de yetis. Nous avons des storyboards et des dessins qui vous le montrent.... Pendant ces 5 ans il a développé un genre de combat, que nous avons tiré du style de combat nomme “Kali“. Son origine vient d’Espagne, il existait y a plusieurs siècles, et il fut amené aux Philippines où il est toujours en vogue. C’est un style de combat avec 2 lames. Et savez-vous qui m’a permis de synchroniser les mouvements avec ces 2 lames ? C’est l’entraîneur de Jackie Chan : Brad Allen, avec qui je me suis entraîné durant 2 mois avant le début du tournage ! Si vous regardez la scène sur la colline où il récupère Kyra, il est dans une certaines pose et cette pose est directement tirée des nombreux dessins de Frank Frazetta. J’ai demandé à Brad Allen d’incorporer des images des dessins de Frazetta sur “Tarzan” ou “Conan” ou d’autres scènes où les corps étaient en mouvement.

MS : A l’heure actuelle, êtes vous satisfait de votre carrière ?.

VD : Oui très satisfait. J’ai pu faire ce que j’ai toujours voulu faire, les "Chroniques de Riddick" sont un rêve que j’ai réalisé.

MS : Maintenant que vous tournez "le Pacifiste" et que vous jouez avec des enfants, quelle est votre relation avec eux ?

VD : On tourne depuis des mois et j’adore les gamins : c’est un des avantages de ce film ! Et... c’est amusant. Dans une scène je porte un bébé de 9 mois et j’essaie de maintenir un dialogue avec un autre personnage, le bébé ne doit donc pas pleurer, mais voilà, il commence à pleurer, aussi j’ai dû faire quelques bruits pour le calmer juste pour retourner dans le contexte de la scène.....

MS : Que fait votre jumeau ?.

VD : Il monte des bandes-annonces de films, et il a gagné plusieurs récompenses ! Il a fait, par exemple, la bande-annonce de “Pulp Fiction“.

MS : Pensez vous repasser à la mise en scène ?.

VD : Je ne sais pas encore mais ce que je peux vous dire c’est que d’ici la fin de l’année je vais aller à Rome pour installer ma Société de Production pour “Hannibal le Conquérant”. Je vais donc vivre en Italie pendant une certaine période.

MS : David Twohy a dit que pour lui la scène la plus difficile à tourner fut le combat final, Est-ce aussi la vôtre ?

VD : Oui : beaucoup de challenges dans le final, tant au niveau action qu’au niveau scénario : Nous savions que personne ne s’attendrait à cela, et que l’on nous critiquerait de prendre les gens totalement par surprise avec cette fin un “peu tarée“. Ce film a été créé comme une trilogie, vous pouvez voir qu’il y a beaucoup de personnages, et c’est là tout le fun de faire une trilogie : vous pouvez développer vos personnages comme vous le désirez et faire ressentir cela au spectateur afin qu’il s’implique dans l’histoire et participe.

MS : Donc vous devriez encore faire deux films ?.

VD : Oui, de la manière dont c’est divisé, "les Chroniques" ne sont que le premier chapitre de deux autres histoires.

MS : Quelles sont vos références cinéma ?

VD : “Braveheart“, “le seigneur des anneaux”, celui aussi de Ralph Bakshi, “Gladiator” j’aime beaucoup surtout au niveau du visuel,

MS : Allez, encore un...

VD : Oh la je ne sais pas.....euh....la dernière version de “Saving Private Ryan“....

MS : Il a été annoncé que vous feriez le 3eme “Fast and Furious”. Est ce vrai ?.

VD : Universal m’a contacté, mais je ne sais pas encore. Si on le fait, il faudrait faire encore mieux que les précédents et beaucoup plus dans le sens compétition... Il y aurait bien un concept où mon personnage va de Mexico au Japon pour disputer une course et c’est la que - pour moi - ça devient très intéressant.

MS : (Lui montrant la jaquette de la nouvelle édition dvd de "Pitch black") Cette nouvelle édition est fantastique. L’avez vous vu ?.

VD : Fantastique ? Vraiment ?. Qu’ont-ils fait ?.

MS : Le transfert est neuf, ils ont ajouté de nouvelles scènes, et le making off est vraiment intéressant.

VD : Il va falloir que je l’achète.

MS : (Lui Montrant la jaquette dvd de “A man apart”) Qu’en pensez vous ?.

VD : J’adore ce film.....

MS : Ce n’est pas un film facile......

VD : Non ce n’est pas un film facile, c’est une histoire d’amour et de haine. C’est une très mauvaise période de ma vie et j’étais très déprimé sur et dans ce film, j’ai été pendant des mois dans un profond état de mélancolie, j’avais des idées noires car je venais de perdre quelqu’un de très proche... Vous ne devinerez jamais..., le studio a mis 2 ans à le sortir, alors qu’il a été tourné bien avant “The Fast and the Furious“ et “XXX“ ! le studio a fait la grosse erreur de le garder dans ses coffres trop longtemps, au point que des versions “pirates” du film circulaient comme des petits pains. A ce propos, “Pitch Black” est dans le top 10 des films les plus piratés du monde, ce qui veut dire que si vous ne sortez pas un film dans les 2 ans qui suivent son tournage, les gens vont en obtenir eux mêmes une copie très facilement...

MS : Avez vous considéré sortir une figurine de Riddick, car je n’en ai pas encore trouvé....

VD : Je crois qu’il y en a une en chantier : c’est super fun pour ceux qui veulent collectionner les memorabilias (objets de collection, ndlr). Vous savez c’est marrant votre question car je peux vous dire qu’il n’y a rien de plus fun et de plus cool que de créer. J’ai joué à "Donjons et dragons" pendant tellement longtemps ! J’ai commencé à 12 ans et je ne me suis pas arrêté, j’en ai même écrit un livre... mais pas un livre hyper sérieux comme un vrai bouquin qui se lit.......

MS : Vin merci beaucoup et bonne chance en Italie...

VD : (Avec un bon accent et en riant) Prego ci vediamo (de rien, merci et à plus tard.. ndlr).

Marc Sessego. Correction Andrée Cormier.

Voir notre chronique du film "Les Chroniques de Riddick" dans la rubrique "Films"


Retour au sommaire