SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Autour d’Honor : Quand les mondes changent - Livre 3 - Une aspirante nommée Harrington



"Autour d’Honor : Quand les mondes changent - Livre 3 - Une aspirante nommée Harrington "
de
David Weber & David Flint

Editeur :
L’Atalante
 

"Autour d’Honor : Quand les mondes changent - Livre 3 - Une aspirante nommée Harrington "
de David Weber & David Flint



Quatre nouvelles au sommaire de ce recueil, quatre visions intimistes, solennelles venant combler les vides de l’œuvre de David Weber.
Dans « Une aspirante nommée Harrington » Weber nous raconte son héroïne à ses tout débuts, au sortir de l’école militaire. Mandatée pour une première mission anti-piraterie, Honor se retrouve sur Silésie. Là, elle devra mettre à contribution son savoir sans l’expérience requise face à un groupe d’indépendantistes. Dans un univers qui ne connait pas encore les influences expansionnistes de Manticore ou l’empire, autant dire que la jeune aspirante aura affaire à forte partie. Même si on ne sait quoi espérer en des terres ne connaissant pas encore l’Etat de droit et encore moins un quelconque ordre ou organisation sociale, une quelconque promotion relèverait de la pure chimère s’il n’y avait ce flair et cette tactique innée déjà à l’œuvre dans l’esprit d’une jeune ambitieuse. Mais qui n’est jamais éloignée non plus d’une certaine éthique.
« Ceux par qui les mondes changent », met en scène le chat sylvestre d’Honnor, Nimitz. Celui-ci se rend chez le clan de L’Eau Vive avec sa compagne, Samantha. Rit-Gaiement et Voix D’or vont ils réussir à persuader les anciens que les temps nouveaux sont arrivés pour eux ? De leur décision, elle seule, dépendra la conquête de l’univers par cette méta-race féline. Quand le voyage des chats devient l’odyssée d’une espèce….
« Venus des montagnes » est l’unique nouvelle d’Eric Flint. Cette histoire a en outre l’intérêt de remplir un vide dans la saga, à savoir l’enlèvement d’Hélène Zilwicki par les Scrags mandatés par Manpower. Le ton, nettement plus solennel, voir intimiste par certains moments, met également en scène pour la première fois les frères et sœurs d’adoption d’Hélène, Berry et Lars. Maternelle, cette histoire qui se conclue dans une certaine douceur, marque comme une pause dans les nouvelles plus militaristes d’Honor. Le style, plus dépouillé, et donc moins formel que celui de Weber, révèle une plume plus posée, poétique par certains aspects, mais moins explicite. Une histoire toute en nuance, donc, qui cependant remplie très bien sa fonction de complément à une hagiographie qui au fil des volumes prend des proportions gigantesques.
« La tombée de la nuit », se situe quelque part durant « La guerre des cendres »L’amiral Esther MacQueen fomente un coup d’Etat. Oscar Saint-Just le fera échouer. La totalité du gouvernement étant décédée, c’est ce dernier qui se retrouvera seul au pouvoir. Et comme le lecteur pourra le constater à la lecture de cette intrigue aux accents de complot, le chasseur fini toujours par devenir la proie.
Sur un ton plus étriqué que chez un Campbell, moins dense mais plus incisif, Weber est parvenu avec le temps à imposer un solide romanesque situé, lui aussi, aux confins de ce registre que constitue le Space-Opera paramilitaire, somme toute très peu arpenté par le genre. Jadis monopolisé par des plumes plus réactionnaires comme ce qu’on nommera « le cas Heinlein » où l’un des pères de la science-fiction était classé à gauche aux Etats-Unis et nettement à droite en France, cette manière de faire de la science-fiction était tombée en désuétude jusqu’à la fin des années 90. L’arrivée de plumes comme celles de Campbell et Weber ont marqué un tournant décisif dans le genre puisqu’il sortait enfin des ornières politiques étriquées dans laquelle un certain courant avait voulu l’y cantonner. Le résultat en est plus que bluffant puisque, tout en affirmant un ton plus dur, et une dramatique tirée au couteau déterminée il est vrai par le registre qu’ils traitent, ces deux auteurs ont su faire passer des humanités ainsi que des considérations plus socio-économiques dans leur œuvre. Ce qui de fait leur confère un impact nouveau sur le grand public. On peut donc dire que cette résurrection-là est une réussite, puisqu’à mesure que les volumes s’accumulent, le lecteur éprouve toujours le même plaisir à suivre les pérégrinations folles de ces militaires soulevant des questionnements multiples et variés sur l’individu plongé qu’il est dans un univers en perpétuel mutation et dont le conflit serait, quelque part, la mesure de toute chose.

Autour d’Harrington : Quand les mondes changent-Livre 3, Une aspirante nommée Harrington, David Weber & Eric Flint, L’Atalante, 480 pages, 21 Euros.

Emmanuel Collot






Retour au sommaire