SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Le bureau des atrocités



"Le bureau des atrocités"
de
Charles Stross

Editeur :
ROBERT LAFFONT
 

"Le bureau des atrocités"
de Charles Stross



Le Bureau aux Atrocités
Charles Stross
Robert Laffont
8/10

On croyait la SF confinée dans des longs cycles de Space Opera ou techno futuristes, à moins que ce ne soit dans des extrapolations scientifiques transformées en romans fleuve. Après l’hybride China Mieville, voilà que nous arrive de son Edimbourg en Ecosse, le fulgurant Charles Stross et cet incroyable "Bureau aux Atrocités". Le récit se présente comme une espèce de folie ordonnée mêlant entités et monstres Lovecraftiens, hybridations, humour décalé, le tout dans un contexte techno thriller d’espionnage où il sera question de nazis, d’islamisme radicale et d’une très secrète branche des services secrets britanniques (Les E-Branche de lumey ne sont pas loin). L’humour est si bien employé qu’on évite l’indicible à la Lovecraft et ses inévitables écueils.
Bob Howard est un employé de bureau bien particulier. Il travaille pour un bureau très spécial des services secrets britanniques. l’auteur met patiemment en marche sa machine, dévoilant peu à peu le travail non officiel de cet agent bien spécial.
la première épreuve pour Bob sera de s’introduire dans dans un bâtiment industriel afin de détruire tout le travail d’un Mathématicien, un travail jugé dangereux pour le monde. En effet, il s’avère que la connaissance et l’application en mode opératoire de certaines lois mathématiques ouvre des portes sur des univers parallèles, permettant ainsi le passage d’entités démoniaques. Or, les rituels et pentacles, tout l’arsenal traditionnel des sorciers ne sont plus fait de poudre et de craie. Non, l’ère de l’ordinateur permet au laser de tracer des lignes bien plus nettes pour ouvrir les portes, ce qui va fortement compliquer les choses. "La Blanchisserie" aura pour vertu de remédier à ces nouveaux sorciers et rétablir les normes du réel pour les hommes. Le plus comique dans ce roman c’est cette vision que donne l’auteur des bureaucraties avec leurs conventions, paperasseries, problèmes d’ordinateurs et querelles. il retranscrit ce monde parfaitement, dans toute sa folie et son non sens, entre Kafka et un humour très british acide. De plus, les démêlées du héros avec son ex petite amie un peu folle et la présence de ses compagnons de chambrée plus qu’étranges, renforcent le côté parodique et absurde de cette vie gangrenée par les procédures. Muté en Californie, Bob part en quête d’un belle scientifique qui aurait la capacité d’analyser une substance dangereuse. Mais celle-ci sera enlevée par un Islamiste radical plein de mordant couvant un projet bien plus machiavélique. Bob se lancera alors dans une quête hors norme dans un monde où tout semble falsifié, un monde où il sera encore question de complot nazi et d’un projet bien plus horrible encore.
Il faut en règle générale arriver au tiers du roman pour commencer à rentrer dans l’histoire, vous dirons certains, mais avec toutes ses situations très cocasses, son imagination débridée et ses portraits de personnages, Stross réussit parfaitement à remporter l’adhésion du lecteur. Il y a une novella supplémentaire en langue anglaise (en Français on ignore encore si elle sera traduite mais normalement oui) qui est encore plus folle, preuve d’une imagination fertile qui a su digérer l’héritage de Lovecraft, dick et Sheckley pour nous donner cette oeuvre magique de non sens et d’érudition folle, où la bureaucratie en prendra encore un sacré coup. Entre thriller et roman d’espionnage, "Le bureau des atrocités" est une petite réussite qui emprunte à l’horreur moderne (Les remarquables cycles de Lumley comme Necroscope ou Psychosphère) ses trames classiques en y insufflant un peu de folie douce. Remarquable !

Le bureau des atrocités, Charles Stross, Robert laffont.






Retour au sommaire