SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Les Futurs Mystères de Paris, tome 7 : Babaluma



"Les Futurs Mystères de Paris, tome 7 : Babaluma"
de
Roland C Wagner

Editeur :
Atalante (28 mai 2002)
 

"Les Futurs Mystères de Paris, tome 7 : Babaluma"
de Roland C Wagner



++


Aaaah, Les Nouveaux Mystères de Paris ! Cette excellente série lancée à l’époque où le Fleuve Noir croyait encore (ou feignait de croire...) que les auteurs francophones de SF avaient leur place dans une collection d’anticipation au format de poche a évolué au cours du temps pour devenir une Œuvre à part entière, sorte de grand feuilleton délirant que Roland C. Wagner abreuve de ses visions les plus folles et de références bien tordues dont il a le secret. Avec Babaluma, nous retrouvons donc Tem, enquêteur doué d’une particularité peu commune, il est " transparent ". Autrement dit, sa personnalité, pas plus que son physique, ne marquent les personnes qu’il croise. A un point tel que ses propres amis et sa famille ont parfois du mal à se souvenir de son existence ! Dans la plus pure tradition du polar, ce Babaluma démarre sur une " affaire " apparemment banale qui débouche sur un imbroglio familial et cosmique au cœur duquel se coupent et se recoupent les diverses trames/idées développées par Wagner dans les autres volumes de la série. Et c’est peut-être là que le bât blesse. Car s’il avoue lui-même travailler sur une intrigue solide pour ensuite se permettre de nombreux délires, Wagner n’évite pas pour autant les longueurs, les situations rocambolesques qui ne se justifient que par elle-même et les digressions qui finissent par lasser. Sur deux cent cinquante pages, Babaluma aurait pu être estampillé " œuvre majeure ", tant il synthétise à merveille ce qui fait le charme et le succès des aventures de Tem. Sur plus de quatre cents pages, il est parfois difficile de résister à la tentation de " sauter " des passages entiers et de slalomer dans le récit. Mais encore une fois, les fans purs et durs seront heureux de cette livraison de poids. Les simples amateurs de polars décalés regretteront que le texte ne soit pas plus serré.


Babaluma, Roland C. Wagner. Editions de l’Atalante. 412 p.


Christophe Corthouts






Retour au sommaire