SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Battleship (2012)
"Battleship (2012) "
de Peter Berg
 

- J’ai un pressentiment.
- Quel genre de pressentiment ?
- On a besoin d’une autre planète.

Hawaï abrite une importante base navale et un centre de communications. C’est de ce dernier qu’est parti un message à destination des étoiles, plus précisément en direction de la planète "G", qui serait similaire à la Terre.
La même année l’officier de l’US Navy, Stone Hopper (Alexander Skarsgard) assiste à la nouvelle bévue de son frère Alex (Taylor Kitsch), toujours en crise d’adolescence malgré ses 26 ans. La bévue implique un cambriolage raté, l’intervention de la police et la fille de l’amiral. Aussi il l’enrôle à ses côtés dans la marine.
Sept ans plus tard les Extraterrestres prouvent qu’ils ont bien reçu le message en débarquant sur Terre, plus précisément en amerrissant à proximité d’Hawaï. Parallèlement Alex Hooper est parvenu jusqu’au poste d’officier tactique sur le destroyer « John Paul Jones » (1). Il doit d’ailleurs bientôt quitter cette fonction, étant sur le point d’être renvoyé de la Marine.
Suite à un « first contact » désastreux (mené par Alex Hooper) deux destroyers sur les trois présents sur place sont anéantis, tandis que le capitaine du « John Paul Jones » est tué.
Le plus gradé des officiers survivants prend donc le commandement du navire et de la seule force disponible pour essayer d’empêcher l’anéantissement de la race humaine. Or il s’agit d’Alex Hooper. Un de ses matelots commente aussitôt : « On est fichu ! »
Ce blockbuster s’inspire du jeu de société la bataille navale. Par une coïncidence astrale la société Hasbro également productrice du film a sorti simultanément au film le jeu vidéo : « Battleship : The Vidéo Game » (2).
Mais dès ce constat les scénaristes avaient un problème : comment rendre intéressant un film basé sur le « touché-coulé » ?
C’est ainsi que sur les 131 minutes du film une large part est consacrée à la présentation du contexte et des personnages. Celle présentant à la bévue d’Alex est un régal. Son cambriolage des plus incompétents est filmé avec en bande-son la musique du film « La Panthère rose » et indique parfaitement son statut de serial-looser.
Il faut 30 minutes pour que les envahisseurs soient signalés et 32 pour que se produise la destruction d’une partie de Hong-Kong.
Ceci donne d’ailleurs un répit à la planète Terre. Car sur les cinq vaisseaux extraterrestres l’un d’eux s’est crashé. Or il s’agissait de celui qui possédait les puissants moyens de communication. Les quatre autres se sont donc posés dans l’océan à proximité d’Hawaï. Ils ont établi un champ de force qui isole l’île et les eaux environnantes, empêchant toute intervention extérieure. Leur but est de prendre le contrôle du centre de communications spatial d’Hawaï afin de relayer leurs communications à leur planète.
Dans la montagne hawaïenne trois personnes prennent conscience de la situation : le lieutenant-colonel Mick Canales amputé de ses deux jambes (3), sa physiothérapeute Samantha Shaneon (Brooklyn Decker) qui se trouve être à la fois la fille de l’Amiral Shane (Liam Neeson) commandant la flotte et la fiancée d’Alex. Leur seul renfort sur place se trouve être le scientifique Carl Zapata Hamish Linklater qui entre deux séquences de panique leur fournit le moyen de communiquer avec le « John Paul Jones ».
Mais avant de détruire la station de communication ce navire doit neutraliser ses adversaires à la technologie supérieure.
C’est alors que se produit enfin l’allusion au jeu la bataille navale. La détection radar ne fonctionnant pas à l’intérieur du champ de force les deux camps se retrouvent à égalité lorsque la nuit tombe. Ils doivent donc tirer à l’aveugle sur la position présumée de l’adversaire.
Unissant le film de guerre et la science-fiction « Battleship » réussit sa mission de divertissement (4). Parmi les acteurs originaux signalons la présence de la chanteuse Rihanna dans le rôle d’un marin spécialiste de l’armement (5), ainsi que Norman McClafferty (6) qui à 90 ans joue son propre rôle de vétéran de la marine.

(1) qui apparaît également dans le jeu vidéo « Homefront »
(2) pour PlayStation3, Wii, Xbox360, Nintendo 3DS & Nintendo DS
(3) dont le rôle est joué par le lieutenant-colonel Gregory D. Gadson, mutilé des deux jambes suite à une blessure de guerre en Irak
(4) ce film a été nommé sept fois à la 33° cérémonie des « Razzie Awards »
(5) Rihanna a déclaré qu’elle avait accepté le rôle parce qu’elle voulait « faire quelque chose de badass ». Elle a remporté le trophée de la pire actrice de second rôle aux « Razzie Awards »
(6) qui avait tourné en 1965 dans le film « Première victoire » d’Otto Preminger

Réalisateur : Peter Berg
Scénariste : Érich & Jon Hoeber
Format : Format 16/9 compatible 4/3, Format cinéma respecté 2.40, Format DVD-9,
Nombre de disques : 1
Sortie : août 2012
Durée : 131 mn
Editeur : Keep Case, PAL
Audio : Dolby Digital 5.1
Langues : français, anglais, néerlandais
Sous-titre : français, néerlandais
Prix : 8,58 euros
Bonus : bande-annonce de « Battleship : The Vidéo Game »

Damien Dhondt



Retour au sommaire