SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Puppet Master 1 - 2 - 3, etc...

"Puppet Master 1 - 2 - 3, etc... " de David Schmoeller - David Allen - David DeCoteau (1989 - 1990)


L’excellent éditeur de DVD Artus Films a publié la trilogie des Puppet Master, qui a été suivie par tout un tas de films de la franchise jusqu’au No 10 ! Voir ci-dessous la liste exhaustive... Tous ces films sont sortis directement en vidéo, même si, au début, ils ont été filmés sur pellicule.
Je n’ai jamais été personnellement attiré par les films d’horreur utilisant les marionnettes et les poupées, seuls les Chucky ont trouvé grâce à mes yeux. C’est pourquoi, je n’avais jamais pris le temps de regarder cette série pourtant reconnue comme une référence du genre. Mea Culpa !
Grâce donc à Artus Films, j’ai regardé cette trilogie fondatrice de la franchise.

Pupper Master 1 (1989)
Superbe générique avec les gros plans sur les visages des marionnettes (attention, ce ne sont pas des poupées !).
Un vieux « Gepetto » fabrique des marionnettes. Certaines sont vivantes. Comme Pinocchio. D’ailleurs, le scénariste du film utilise un pseudo : Joseph G. Collodi, Carlo Collodi, étant lui-même le pseudo de Carlo Lorenzini, l’auteur du chef-d’œuvre de la littérature enfantine Pinocchio... de plus, le scénariste est en fait le réalisateur lui-même, David Schmoeller, bien que le producteur Charles Band s’en attribue lui-même la paternité.
Une équipe de gens aux pouvoirs spéciaux investissent l’hôtel où ont été cachées les marionnettes. Ils en seront les victimes. Il est également beaucoup question de sexe, comme, d’ailleurs dans les deux autres films de la trilogie.
Mais pourquoi ces marionnettes font tout ça ? Elles sont très cruelles...
On retrouve l’ambiance du film La Maison du diable de Robert Wise (1963)
Comme toujours dans les DVD d’Artus Films, le supplément est superbe. Ici, c’est Francis Barbier qui nous raconte tout sur le film. Il apprend à ceux qui ne le savent pas (et ils sont nombreux) les liens entre Stuart Gordon et le producteur de cette franchise, Charles Band qui, après une faillite, va créer la maison Full Moon qui va sortir une flopée de films de série B. D’ailleurs cette série des Puppet, trouve son origine, nous dit Francis Barbier, dans le film de Stuart Gordon Dolls, produit par Brian Yuzna. Bien que fan inconditionnel de ces deux messieurs, rebuté par les histoires de poupées maléfiques, je n’ai pas vu le film... Sorry !
Pour les fans de ce milieu des séries B, le directeur de la photo de ce premier Puppet n’est autre que Sergio Salvati, qui fut directeur de la photo des meilleurs films de Lucio Fulci !

Puppet Master 2 (1990)
Le réalisateur, David Allen, de ce Puppet 2 est le spécialiste des effets spéciaux du premier.
Travelling dans un cimetière la nuit avec éclairs et tonnerre. On lit nettement les noms de certains défunts sur les stèles : John Bocca, et dans un autre scène dans le cimetière, on lit : Zake Kern et Amylu et Ezra Kern... Quelle est la signification de l’apparition de ces noms ? Un petit hommage à Richard Kern, le pornographe ?
Les Puppets ressuscitent Toulon, leur créateur, grâce à un liquide de la nécromancie égyptienne...
Une équipe d’enquêteurs paranormaux investit l’hôtel où les Puppets séjournent toujours. On revient toujours à la référence de La Maison du diable... L’une d’entre eux arrive dans une voiture qui ressemble à celle des frères Winchester dans la série Supernatural.
Apparaît un personnage inquiétant au visage bandé et aux grosses lunettes noires, référence à la Momie et à l’Homme invisible...
Mais plus subtilement, je vois une influence de Shining de Stanley Kubrick (adapté du roman de Stephen King) et je trouve que le scénario est quasiment pompé sur celui de Dracula : le monstre encore amoureux de sa dulcinée morte il y a longtemps, mais elle réapparaît sous les trais d’un sosie...

Puppet Master 3 (1990)
Sous-titre de ce film : la revanche de Toulon (le créateur des Puppets, The Master...)
C’est la préquelle des deux épisodes précédents.
Elle raconte comment Toulon a créé ses créatures. Ça se passe à Berlin en 1941...
Et toujours la même idée : réanimer les soldats morts pour continuer la guerre ! Et, donc, Toulon peut peut-être donner un coup de main ?
D’après Francis Barbier (dans les suppléments), cet opus No 3 est le meilleur de la maison de production Full Moon. Je n’ai pas vu les 7 ou 8 autres, mais je veux bien le croire...
D’ailleurs finalement, je ne regrette pas d’avoir regardé ces trois films de série B. Ils tiennent la route !

Voilà la liste de la franchise :
Puppet Master (Puppet Master) 1989 de David Schmoeller
Puppet Master II (Puppet Master II) 1991 de David Allen
Puppet Master III : La revanche de Toulon (Puppet Master III : Toulon’s Revenge) 1991 de David DeCoteau
Puppet Master IV 1993 de Jeff Burr
Puppet Master V : the final chapter 1994 de Jeff Burr
Puppet Master VI : Le Retour des Puppet Master (Puppet Master VI : Curse Of The Puppet Master) 1998 de David DeCoteau
Puppet Master VII : Retro Puppet Master (Puppet Master VII : Retro Puppet Master) 1999 de David DeCoteau
Puppet Master VIII : The legacy(Puppet Master VIII : The legacy) 2004 de Charles Band
Puppet Master : Axis of Evil 2010 de David DeCoteau
Puppet Master X : Axis Rising 2012 de Charles Band
Un film TV :
Puppet Master Vs Demonic Toys (Puppet Master Vs Demonic Toys) 2004 de Ted Nicolaou
J’espère ne pas en avoir oublié !

www.artusfilms.com

Alain Pelosato



Retour au sommaire des films bis et culte