SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Voyage au centre de la Terre



"Voyage au centre de la Terre "
de
Jules Verne

Editeur :
Folio classique
 

"Voyage au centre de la Terre "
de Jules Verne



Sommes-nous toujours sur la mer ? Oui, et emportés avec une vitesse incalculable. Nous avons passé sous l’Angleterre, sous la Manche, sous la France, sous l’Europe entière, peut-être !...

Axel Lidenbrock, neveu du géologue et naturaliste allemand OItto Lidenbrock a été incorporé dans la recherche menée par son oncle : un obscur message codé rédigé au XVI° siècle en anciens caractères runiques.
L’alchimiste islandais Arne Saknussemm y affirme avoir découvert un passage menant au centre de la Terre. L’entrée se situant au cœur d’un volcan éteint nommé Sneffels les deux Lidenbrock (l’oncle très enthousiaste et le neveu beaucoup moins) partent donc pour l’Islande.
Ils y recrutent le 3° membre de leur expédition le guide islandais Hans Bjelke.
C’est ainsi que les trois hommes descendent dans les profondeurs de la terre parvenant jusqu’à une gigantesque caverne où se trouve une mer souterraine qui sera baptisée « Mer Lidenbrock » (en toute simplicité). Naviguant sur un radeau où parcourant à pied les côtes ils découvrent que ce monde intérieur est peuplé d’animaux préhistoriques et peut-être également d’un hominidé « un Protée (1) de ces contrées souterraines, un nouveau fils de Neptune, gardait cet innombrable troupeau de mastodontes. ». Cette brève vision sera par la suite écartée (« Non ! C’est impossible ! Nos sens ont été abusés, nos yeux n’ont pas vu ce qu’ils voyaient ! Nulle créature humaine n’existe dans ce monde subterrestre »). Cette position se retrouvera dans « Autour de la Lune » lorsque Michel Ardan refusera de croire qu’il a réellement aperçu des ruines sur la surface lunaire).
On remarquera le gigantisme de la créature (« Sa taille dépassait douze pieds », soit plus de 3,60 mètres) similaire à celui des animaux préhistoriques et celle des champignons géants.
Ce roman relate les compétences scientifiques en spéléologie, paléontologie et minéralogie à l’époque de sa rédaction (1864). Apparenté à de la science-fiction par le caractère rationnel des possibilités scientifiques, il s’en écarte parfois avec un élément fantastique. Mais l’esprit rationnel des explorateurs rejette cette idée. Ce qu’ils ont entraperçu n’étant plus visible n’existe donc pas.

(1) divinité de la mythologie grecque, gardien des troupeaux de phoques de Poséidon

Damien Dhondt

Auteur : Jules Verne _ Voyage au centre de la Terre _ Edition Gallimard, Collection Folio classique _ mars 2014 _ Réédition, poche, 464 pages _ 5 euros






Retour au sommaire