SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  La mort du nécromant



"La mort du nécromant"
de
Martha Wells

Editeur :
L’Atalante (28 août 2001)
 

"La mort du nécromant"
de Martha Wells



+++


Edouard Viller, un doux érudit, a adopté Nicholas, un voyou de 12 ans. Alors que ce dernier étudie la médecine à Lodun, le Comte Montesq accuse Viller de nécromancie. Dans le royaume d’Île-Rien, où la magie règne sans partage, on ne badine plus, depuis les horreurs de Constant Macob, avec ceux qui parlent aux morts. Viller est exécuté.


Nicholas, ivre de vengeance, veut provoquer la ruine de Montesq, ce Grand du royaume.


Octave, qui connaît tout des activités de chef de bande de Nicholas, sous le nom de Donatien, veut récupérer des appareils de Viller pour le compte d’un nécromant dément. Entre celui-ci qui fait surgir goules, golems, revenants, Montesq qui ourdit ses complots, le Palais et sa garde, la Préfecture et sa police, Nicholas et Madeline pourront-ils aller au bout de leur quête ?


N’est-ce pas dans le passé qu’on trouve les clés du futur ?


L’auteur nous emporte dans la visite d’une Vienne sombre, des palais aux égouts, avec pour guides des héros pressés par le feu de l’action. Et de l’action, il y en a ! Bien que mélangeant les genres La Mort du nécromant est un roman d’aventures au sens noble du terme. À la lecture de ce “fleuve”, on ne peut s’empêcher de penser à Arsène Lupin pour le goût du déguisement, à Dumas pour les thèmes et le “souffle”, parce qu’animer sans faiblir un tel volume n’est pas à la portée du premier venu. Aventures, magie, complots..., tout se conjugue pour créer une histoire passionnante. Au fait, j’espère qu’il y a une suite !


Martha Wells, La Mort du Nécroman, L’Atalante, 526 pages


Serge Perraud







Retour au sommaire