SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  L’IA et son double



"L’IA et son double"
de
Scott Westerfeld

Editeur :
 

"L’IA et son double"
de Scott Westerfeld



+++++


Voici venu le temps des machines pensantes reproduisant l’intelligence humaine. De Siscie aux IA d’Hyperion se mouvant dans l’infosphère ou des drones savants de la Culture, les robots capables de perception, d’action et de raisonnement ont envahi pour l’instant la SF. Evolution’s Darling narre l’histoire de Chéri, une intelligence artificielle évolutive ayant dépassé le cap de la simple mécanique humanoïde pour devenir une personnalité autonome et posséder un statut légal. Mais avant de devenir une individualité, Chéri était l’IA du vaisseau du paparazzi galactique Isaah. Son développement se fit grâce à l’amour que lui portait Pasque, la fille d’Isaah. Souvenirs vieux maintenant de 200 ans. Mandaté par Fowdy, Chéri, devenu négociateur-expert en œuvres d’art, se rend sur Malvir afin d’acquérir un Vaddum lors d’une vente aux enchères au bénéfice de la galerie d’Hirata Flex. L’IA, sorte d’alien minéral à la Giger, espère rencontrer encore une fois le sculpteur, un artificiel autodidacte de génie, dans l’univers de l’Expansion où n’importe quel produit peut être synthétisé. À bord du Faveur de la Reine, il rencontre la biologique Mira, spécialiste de l’espionnage industriel et tueuse professionnelle, qui enquête sur l’explosion d’une usine de synthèse et la duplication d’IA précisément sur Malvir. De jeux érotiques sadomaso en aventures violentes, Chéri et Mira trouveront chacun leur Graal une fois leur mission accomplie : paradis artistique pour l’un, amnésie pour l’autre.


L’IA et son double est un livre déroutant et l’on se surprend à vouloir en abandonner la lecture dès les premières pages. Ce serait là une première erreur. Car passé le " déboussolement " lié à une construction stylistique singulière, on bascule vite avec délectation dans le monde du tactile, du sensitif avec comme point d’orgue la rencontre de la silice et de la chair jusque dans ses états altérés. La deuxième erreur serait de réduire le récit à un conflit machine vs. être humain. Cette lutte prométhéenne, totalement dépassée, est rendue obsolète par la nouvelle perception des machines complexes et de l’interrogation humaine sur l’éventualité d’une " âme robotique ". Chez Westerfeld, le très célèbre test de Turing est emprunté pour mieux être dépassé. Dès lors, l’existence de l’homme et de la machine évolutive se fait au cœur de l’ambiguïté puisque l’un comme l’autre possède les garants irréfutables de l’appartenance à la condition humaine que sont mémoire et corps. Scrutateur pertinent de notre époque, Westerfeld ne nous parle pas de l’avenir immédiat mais produit un effet loupe sur la fascination de l’artificialisation de l’homme et l’humanisation de la machine jusque dans sa conception formelle. Un roman intelligent et débordant de sensualité par un jeune auteur extrêmement prometteur. Body art magna vous dis-je !


L’IA et son double, Scott Westerfeld, Flammarion, Collection Imagine. Traduction : P.-P. Durastanti. 294 p.


A. Marcinkowski







Retour au sommaire