SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Le Grimoire



"Le Grimoire"
de
Kim Wilkins

Editeur :
Fleuve noir (27 septembre 2001)
 

"Le Grimoire"
de Kim Wilkins



+++


Cet auteur, qui vit en Australie a publié trois romans et reçu, à deux reprises, le Prix Auréalis du meilleur roman de fantastique australien.


D’un côté, trois “thésards”, en littérature victorienne, dans un collège privé de Melbourne. De l’autre, les propriétaires de l’établissement et deux professeurs. Les membres du premier groupe font connaissance et se soudent. Ceux du second pratiquent la magie noire et rêvent d’immortalité, surtout depuis qu’un grimoire de XIXe siècle, dispersé volontairement à l’époque est en voie de reconstitution. Ils ignorent que ce livre a déjà tué au siècle dernier et qu’il donne accès à l’enfer et à des démons avides de prendre possession de l’Humanité.


Le Grimoire est un texte riche en situations et sentiments. Autour de Holly et Prudence, les deux héroïnes, les seconds rôles abondent. À travers eux on aborde une chronique minutieuse du quotidien australien des années 2000 et une histoire sulfureuse à souhait où la mort, la sexualité, l’ambition, l’amour, la peur et l’horreur forment une ronde “endiablée”. Le rythme est lent, parfois contemplatif, plus axé sur la description et la réflexion que l’action pure et dure. L’auteur semble avoir mis beaucoup d’elle dans ce roman. Ne prépare-t-elle pas, comme ses héroïnes, une thèse sur “Les mythes de la créativité chez les romantiques anglais” ?


Mais Le Grimoire se lit avec beaucoup de plaisir. On prend, au fil des pages, de plus en plus d’intérêt aux personnages et au développement de l’intrigue.


Le Grimoire, Kim Wilkins, Fleuve Noir-Terreurs. Traduction : Thierry Arson, 640 pages.


Serge Perraud







Retour au sommaire