SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  La Pierre philosophale



"La Pierre philosophale"
de
Colin Wilson

Editeur :
Manitoba (27 septembre 2001)
 

"La Pierre philosophale"
de Colin Wilson



++++


Colin Henry Wilson est peu connu dans l’Hexagone. Sur l’immense littérature qu’il a produit, une quinzaine d’ouvrages seulement ont été traduits en français. C’est une riche idée qu’ont eue Les Belles Lettres de republier, dans une traduction revue, La Pierre philosophale (1969), initialement sortie chez NéO en 1982. Cet Anglais autodidacte, vivant en Cornouailles, n’est pas à proprement parler un écrivain de science-fiction bien qu’on se souvienne des Vampires de l’espace, roman adapté au cinéma par T. Hooper sous le titre de Lifeforce. Non, Colin Wilson se sent à l’aise dans le récit horrifique ou le fantastique lovecraftien et La Pierre philosophale sonne comme un hommage au Maître de Providence.


Howard Lester, jeune savant venant d’hériter de son mentor Sir Lyell, travaille à l’élargissement du champ de conscience cérébral. Reprenant les études de Aaron Marks sur “l’expérience de valeur”, Lester concentre son travail sur les lobes frontaux, espérant découvrir les pouvoirs cachés du cerveau humain. Fort de ses recherches, Lester subit l’opération préfrontale. Puis c’est au tour de son collègue Littleway. C’est alors que leur vie se trouve bouleversée par les perspectives inouïes qu’offre le potentiel psychique, transcendant les cinq sens. Le cortex leur livre alors le secret du voyage dans le temps, ouvrant une fenêtre sur le passé. Toutefois, il y a des forces tapies dans l’ombre depuis des millions d’années qu’il ne vaut mieux pas réveiller notamment lorsqu’on s’intéresse aux origines de l’humanité. Lester et Littleway vont être confrontés aux Grands Anciens, entités énergétiques nées dans les espaces interstellaires, et à la puissance de leurs zélateurs humains, les artisans de l’antique Mu.


Avec Colin Wilson, le fantastique d’inspiration gothique apparaît comme le moyen d’accès à la connaissance des pouvoirs psychiques de l’homme. Le lecteur subjugué par une érudition impressionnante le suit dans sa plongée au sein de l’univers mythologique et occultiste, dans son exploration du passé immémorial de notre planète. Contrairement au héros lovecraftien, brisé par les entités fantastiques, son homologue wilsonien n’est pas puni pour sa curiosité et sa découverte. Il déjoue les pièges de la surnature car il est résolument optimiste. En nous livrant ses réflexions sur l’homme “éveillé”, l’homme débarrassé des pollutions mentales et des scories de la conscience, Wilson, en alchimiste des mots, croit en l’élévation du genre humain par l’esprit.


La Pierre philosophale, Colin Wilson, Manitoba / Les Belles Lettres. Traduction : G. Blanc, revue et augmentée par F. Truchaud. 240 p.


A. Marcinkowski






Retour au sommaire