SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  La Planète géante intégrale (" La Planète géante" & " Les Baladins de la planète géante")



"La Planète géante intégrale (" La Planète géante" & " Les Baladins de la planète géante") "
de
Jack Vance

Editeur :
Bélial
 

"La Planète géante intégrale (" La Planète géante" & " Les Baladins de la planète géante") "
de Jack Vance



- Voilà cinq cent ans que le Central Terrien envoie une commission par génération sur la Planète géante. Il arrive que la commission rentre saine et sauve, mais la plupart du temps elle ne revient pas.

D’un diamètre de 35 000 kilomètres la Planète géante a été essentiellement peuplée par des non-conformistes (anarchistes, fugitifs, dissidents, religieux, misanthropes et déviants divers).
Il y a des siècles que la Terre a renoncé à y établir la stabilité, officiellement pour des raisons financières. En fait cela ne ferait que déplacer le problème, car les peuples épris de liberté aux dépends de leur sécurité émigreront en masse.
Seulement voilà, depuis peu le territoire de Beaujolais ( avec un nom pareil il est aisé de deviner de quelle nation terrestre venaient les hurluberlus qui l’ont peuplé) manifeste une agressivité hors de ses frontières, mais aussi hors de la Planète géante.
Cela change tout et une nouvelle commission d’enquête disposant des pleins pouvoirs est bien décidée à régler le problème. Ceci explique sans doute que sur le point d’atterrir leur vaisseau spatial connaît quelques désagréments : sabotage des moteurs et assassinat des pilotes.
Le crash a laissé quelques rescapés qui découvrent qu’ils sont beaucoup trop près du territoire de Beaujolais, mais terriblement loin de l’Enclave terrienne ( qui se situe de l’autre côté de la planète, à 65.000 km de leur point de chute).
Claude Gkystra président-directeur de la commission entreprend alors un long périple avec sa petite troupe de survivants dont le nombre s’amenuise progressivement et dans laquelle se cache au moins un traître.
La progression en territoire le plus souvent hostile s’accompagne de la découverte de micro-sociétésmarginales et pittoresques qui constitue la marque de fabrique de Jack Vance.

Près d’un quart de siècle après la rédaction du premier volet de "La Planète géante" Jack Vance s’avisa que ce monde possédait bien des facettes intéressantes.
C’est ainsi qu’il s’intéressa aux mésaventures d’Apollon Zamp directeur de théâtre itinérant. Son fier navire-théâtre "L’enchantement de Miraldra" parcourt le fleuve. Lors des escales les représentations donnent une large place à la dramatique ( le fait que bon nombre d’actrices soient dénudées correspond à une licence artistique).
Il est évident qu’une certaine rivalité se développe entre navires-théâtres. Jusqu’à présent Apollon Zamp a contré toutes les initiatives de ses rivaux ( amarres mystérieusement trempées dans l’acide, incendie intempestif, explosif égaré sur la ligne de flottaison). Mais la participation au concours dramatique organisé par le Roi Waldemar du royaume de Soyvanesse (situé de l’autre côté du lac Insondable) a entrainé une certaine agressivité créatrice.
Bref Zamp se retrouve sans son navire réduit à l’état d’épave et sans troupe qui a décidé de suivre un directeur de théâtre rival ( et principal suspect des dernières mésaventures de Zamp). Il ne lui reste que demoiselle Blanche-Asterle, une nouvelle recrue qui souhaite remonter le fleuve pour des raisons personnelles ( toute ressemblance avec Madoc Roswyn de "Space Opéra" est évidemment fortuite). Hélas la demoiselle Blanche-Asterle refuse absolument tout moment d’intimité avec son directeur de théâtre.
Bien décidé à une revanche sinon artistique du moins violente envers son rival Apollon Zamp décide de participer néanmoins au concours. La pièce de théâtre joué sera un classique de la vielle planète Terre : Macbeth !
Constituant visiblement une transposition de "Space opéra" ( 1965) "Les Baladins de la planète géante" donne l’occasion au conteur de relater la rencontre avec des populations originales ( et parfois psychopathes), tandis que ruses et contre-ruses donnent l’occasion à ses personnages de rivaliser en astuces.

Damien Dhondt

Auteur : Jack Vance _ La Planète géante intégrale _ Titres originaux : "Big Planet" ( 1951) & Showboat World" (1975) _ Traduction : Pierre-Paul Durastanti, Arlette Rosenblum & Fançoise Serph_ Édition du Bélial _ mai 2008 _ Réédition, moyen format, 384 pages _ 21 euros






Retour au sommaire