SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Le Comte de Saint-Germain, vampire



"Le Comte de Saint-Germain, vampire"
de
Cheslea Quinn Yarbro

Editeur :
Pocket (31 août 2001)
 

"Le Comte de Saint-Germain, vampire"
de Cheslea Quinn Yarbro



+++


Yarbro présente une sacrée ambition littéraire avec ce livre et ses suites.


Ni plus ni moins, elle a la velléité de produire un chef-d’œuvre à la Bram Stoker avec son Dracula.


Elle utilise donc également un personnage historique sulfureux (car le comte de Saint-Germain a existé) et le même procédé littéraire d’utiliser des extraits de lettres.


Elle va jusqu’à utiliser le style pédant et ampoulé du XVIIIe siècle pour rendre l’atmosphère plus vraisemblable.


Comme Vlad l’empaleur ne fut jamais vampire (qui sait ?), Saint-Germain fut seulement un peu occultiste sur les bords et déclarait à qui veut l’entendre qu’il était immortel. Yarbro explique le phénomène par l’état vampirique de son héros. Elle le met d’ailleurs en scène dans une nouvelle que j’ai publiée avec Léa Silhol dans son recueil De sang et d’encre.


Il est dommage que Yarbro confonde “sorcier” et “alchimiste” (ce n’est pas du tout, mais pas du tout, la même chose) et qu’elle reste beaucoup trop pudique sur les formidables scènes de sexe qu’elle évoque. Par contre, le lecteur saura tout sur les tenues vestimentaires des hommes de l’époque.


Ce qui est particulièrement intéressant, c’est la base de l’intrigue et l’explication de la lutte entre le bien et le mal.


Je cite : Il existe un pouvoir qui n’est que ce qu’il est. (..)Quand il nous élève et tourne nos regards vers le bien (...) et les merveilles nous le nommons Dieu. Et quand il est utilisé à des fins de torture, de souffrance et de dégradation, alors nous le nommons Satan.


Voilà qui est puissant comme tout le livre !


Chelsea Quinn Yarbro, Le Comte de Saint-Germain, vampire, Pocket Terreur, 416 pages.


Alain Pelosato







Retour au sommaire