SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Outpost (2007) et Outpost : Black Sun (2012)
"Outpost (2007) et Outpost : Black Sun (2012)"
de Steve Barker

Outpost de Steve Barker (2007)

Sortie directe en DVD en 2012.
Des mercenaires sont embauchés dans un « pays de l’est » (on pense au Kosovo) en pleine guerre civile par un géologue. Ils se rendent dans un lieu isolé en pleine nature (le temps est gris, sale) où ils trouvent un bunker souterrain.
Les actions de guerre sont très bien filmées.
Ce qu’ils sont venus chercher ? « Le champ unifié de la physique », vous savez ce que Einstein a cherché toute sa vie et n’a jamais trouvé : l’unification de la physique « classique » et de la physique quantique.
Eh bien, les nazis, eux l’avaient trouvé !
Le commando trouve de nombreux corps sans vie qui semblent pourtant revenir à la vie... et aussi des soldats SS en zombies indestructibles.
Il est fait allusion à l’expérience de Philadelphie (voir le film : The Philadelphia Experiment de Stewart Raffill (1984) et sa suite), et la possibilité de voyager dans le temps.
Ainsi ils retrouvent la machine qui fait revenir les morts, les soldats SS.
Certaines scènes sont insoutenables.
On entend un moment Der Fliegender Holländer de Richard Wagner...
Ce film est aussi une parabole politique. On se souvient de cette citation de Bertolt Brecht : « Il est toujours fécond le ventre qui engendra la bête immonde... » Bertolt Brecht était un dramaturge d’Allemagne de l’Est. Il a su naviguer entre les balles de la censure et créer de belles pièces au sens politique profond malgré la dictature communiste. Et cette citation, si elle met en garde contre le retour du nazisme, elle ne fait aucune allusion politique ou sociale, en fait, c’est la nature humaine qu’elle visait.
Comme dans ce film où elle n’est pas très glorieuse cette nature.
A noter : aucune femme n’apparaît dans ce film. Il n’y a que des hommes.

Outpost : Black Sun de Steve Barker (2012)

La suite du précédent.
Et cette fois ça commence avec une femme que l’on va voir jusqu’à la fin du film.
Puis on assiste à l’extermination du commando de l’OTAN qui a eu lieu dans les dernières minutes du film précédent dans un film tourné par une équipe au service d’un ancien nazi.
Le jeune fille mène l’enquête, c’est une chasseuse de nazis criminels de guerre. En fait, elle recherche le nazi qui avait mis au point la « machine » qui permet le voyage dans le temps.
Elle suit donc les traces du premier commando, celui du film précédent.
Au cœur de ce pays de l’est (le Kosovo ?) elle rencontre une connaissance qui lui montre un film où on voit des soldats de l’OTAN massacrés par des SS.
Il explique que les nazis avaient mis au point une « machine » pour fabriquer des soldats invincibles. Désormais la machine fonctionne.
« Black Sun », (soleil noir), est le nom d’une division spéciale nazie qui a construit la machine.
Vous avez vu le film Le Retour des morts-vivants de Dan O’Bannon (1984) ? Oui ? Eh bien c’est un peu la même histoire, en plus sérieux : il y a la même solution radicale...
Le deux jeunes gens rencontrent un commando de l’OTAN chargé d’arrêter la machine car les zombies SS progressent. On a l’explication de la mission du film précédent.
Ils peuvent arrêter la machine avec une autre machine « IEM » à Impulsion électromagnétique. Pour contre carrer le champ de la machine qui fait revenir les zombies SS.
« Unifier les champs, atteindre l’esprit de Dieu ! » Déclare un personnage du film. Comme l’avait dit Albert Einstein.
La suite au numéro 3...

Alain Pelosato

Voir mon livre (cliquez) :
Zombies au cinéma



Retour au sommaire